Modifié

Le Jura veut mieux protéger ses réserves naturelles

L'étang de la Gruère, dans le canton du Jura, attire quelque 150'000 personnes par année. [Martin Ruetschi - Keystone]
Le Jura veut mieux protéger ses réserves naturelles / Le Journal horaire / 28 sec. / le 10 juin 2021
Les réserves naturelles jurassiennes de La Gruère, de Plain de Saigne et de la tourbière de La Chaux-des-Breuleux seront mieux protégées. Les activités de baignade et patinage restent toutefois tolérées sur le site de La Gruère, dont la fréquentation est importante.

Le Gouvernement jurassien met en dépôt public dès vendredi et pour 30 jours dans les communes concernées les trois projets d’arrêtés cantonaux et les plans qui y sont relatifs. "Il s’agit de la première étape de légalisation de 21 objets de même nature", a indiqué jeudi la Chancellerie d'Etat.

Le canton du Jura engage une démarche de légalisation de tous ses biotopes et sites marécageux. Il débute par trois sites déjà classés en réserves naturelles, dont la Gruère. "Il s’agit de conserver les qualités biologiques et paysagères de ces milieux phares de la biodiversité régionale, tout en permettant leur visite, leur contemplation et leur utilisation raisonnée", a précisé le canton.

Pas de cueillette de baies

Les activités humaines ont été reconsidérées et les règles de comportement actualisées. Eriger des constructions, camper, faire du feu, se servir d’embarcations sur les plans d’eau, utiliser des drones, cueillir des plantes et baies, ainsi que perturber la faune y seront notamment interdits.

>> Lire aussi: La réserve naturelle de l'étang de la Gruère (JU) est victime de son succès

Les chiens devront être tenus en laisse. Le site de La Gruère, dont la fréquentation est importante, a fait l’objet d’une approche particulière. Les activités de baignade et de patinage y restent tolérées. Afin de protéger la végétation des rives, des zones d’accès à l’eau ont été délimitées. De plus, il sera désormais proscrit de quitter les sentiers et aires de détente définies.

Les sites de la tourbière de La Chaux-des-Breuleux et de La Gruère sont également classés paysages marécageux d’importance nationale. Ce ne sont donc pas uniquement les marais qui méritent conservation, mais aussi le paysage environnant.

ats/fgn

Publié Modifié