Modifié

La famille de la victime du féminicide de Courfaivre (JU) dénonce le classement de l'affaire

Jura: manifestation lundi soir de 80 personnes à Porrentruy contre les féminicides [RTS]
Jura: manifestation lundi soir de 80 personnes à Porrentruy contre les féminicides / 12h45 / 1 min. / le 13 avril 2021
Dans le Jura, une manifestation a réuni lundi soir 80 personnes devant le château de Porrentruy, le siège de la justice jurassienne. Les participantes et participants ont dénoncé le classement d'une plainte contre la justice et la police déposée à la suite du féminicide de Courfaivre, en octobre 2019.

La famille, qui va déposer un recours, estime que tout n'a pas été mis en œuvre pour protéger Mélanie. "J'ai envie de pouvoir regarder mon neveux et mes deux nièces dans les yeux et leur dire qu'on a tout fait. C'est clair que leur papa est coupable, mais la justice n'a rien fait pour le protéger contre lui-même et protéger Mélanie", estime Géraldine Marquis, l'une des sœurs de la victime, interrogées lundi dans le 22h30.

>> Relire: L'enquête sur les circonstances du féminicide de Courfaivre (JU) classée

Et Géraldine Marquis d'ajouter: "Si la justice en reste là et classe l'affaire, elle n'a plus de valeurs pour moi".

Lundi, 80 personnes étaient réunies devant le château de Porrentruy, le siège de la justice jurassienne.  [Gaël Klein    - RTS]Lundi, 80 personnes étaient réunies devant le château de Porrentruy, le siège de la justice jurassienne. [Gaël Klein - RTS]Pour rappel, le 21 octobre 2019, Mélanie avait été poignardée par son ex-conjoint dans le domicile familial, soulevant une vague d'émotion dans le village de Courfaivre, 1800 habitantes et habitants, et dans le Jura tout entier.

Pas de détention provisoire

Peu avant, Mélanie avait annoncé à son mari qu'elle ne l'aimait plus et qu'elle voulait le quitter après vingt ans de mariage. Le mari avait ensuite violé la victime, qui avait porté plainte. Interpellé peu après, l'homme avait déclaré avoir eu deux rapports sexuels consentis avec son ex-femme et ne pas croire que celle-ci ait eu peur.

>> Lire aussi: "L'assassin de ma sœur aurait dû être incarcéré"

La justice avait alors décidé de ne pas placer le mari en détention provisoire, mais lui avait interdit de se rendre au domicile familial et de s'approcher de sa femme. Quelques jours plus tard, le 21 octobre, le prévenu s'y était toutefois rendu. Les corps dénudés du couple avaient ensuite été retrouvés avec deux armes blanches auprès d'eux.

>> Les précisions dans La Matinale:

Une manifestation à Porrentruy (JU) pour dénoncer la décision de classement d'une plainte déposée après un féminicide.  [Gaël Klein   -  RTS]Gaël Klein - RTS
Des dizaines de personnes ont manifesté contre la justice dans le canton du Jura. / La Matinale / 2 min. / le 13 avril 2021

Gaël Klein/vajo avec ats

Publié Modifié