Modifié

La réserve naturelle de l'étang de la Gruère (JU) est victime de son succès

L'Etang de la Gruère, une zone protégée, est victime de déprédations. [RTS]
L'Etang de la Gruère, une zone protégée, est victime de déprédations. / 19h30 / 2 min. / le 12 mars 2021
Avec le retour des beaux jours, les promeneurs sont toujours plus nombreux à se rendre sur les berges de l'étang de la Gruère, dans le canton du Jura. Un succès qui a son revers de médaille: la zone naturelle protégée d'importance nationale est de plus en plus victime d'incivilités.

Racines d'arbres carbonisées, mégots de cigarettes jetés à même le sol, troncs d'arbres tailladés: avec le soleil de ces dernières semaines, les promeneurs qui se sont multipliés autour de l'étang de la Gruère (JU) ont également apporté leur lot de déprédations et les déchets en tout genre.

Il faut dire que près de 150'000 personnes s'y rendent chaque année, faisant de cette réserve protégée d'importance nationale l'endroit le plus visité du Jura. Pour Delphine Dévenoges, responsable du Centre Nature Les Cerlatez, l'étang est clairement victime d'une trop grande fréquentation. "Il faut juste pouvoir canaliser ces visiteurs. Ce ne sont pas que des touristes, il y a aussi des locaux", tonne-t-elle.

>> Revoir le sujet de l'émission Couleurs d'été (2018):

JU : l’étang de la Gruère regorge de secrets [RTS]
JU : l’étang de la Gruère regorge de secrets / Couleurs d'été / 1 min. / le 7 août 2018

"Informer avant de stigmatiser"

Dans la région, de plus en plus de voix s’élèvent contre ces nuisances. "La grande majorité fait tout juste, mais il y a quelques mauvais élèves. Et souvent, ça jette une image négative sur l'ensemble de la fréquentation du site", déplore Guillaume Lachat, directeur de Jura Tourisme. Mais pour lui, cette situation est surtout due à l'ignorance de certains randonneurs. "Il s'agit donc d'abord d'informer avant de stigmatiser", insiste-t-il.

Régulièrement, des gardes-faunes viennent pour sensibiliser les marcheurs. La Gruère est une zone protégée d’importance nationale mais son règlement, vieux de plus de 40 ans, n’est plus adapté aux défis actuels. Pour cette raison, le Jura veut lui donner un second souffle.

Cinq millions de francs prévus

"Cinq millions seront investis pour revitaliser la tourbière. La biodiversité en a bien besoin", se réjouit Patrice Eschmann, chef de l'Office de l'environnement du Jura, ajoutant que deux autres projets qui concernent l'accueil du public sont également au programme. "Tout d'abord, l'arrêté qui met sous protection cette réserve naturelle, les règles du jeu si on veut. Et ensuite l'infrastructure d'accueil pour que la visite se fasse dans les meilleures conditions", détaille-t-il.

Nouveau parking, centre d’accueil, nouvelle signalétique: le Jura se donne jusqu’en 2025 pour allier protection de la nature et développement touristique.

Sujet TV: Aline Saretti et Serge Mérillat

Adaptation web: Fabien Grenon

Publié Modifié