Modifié

Retour sur un siècle de question jurassienne avant le vote de Moutier

La Question jurassienne, une histoire à rebondissements [RTS]
La Question jurassienne, une histoire à rebondissements / Forum / 4 min. / le 10 mars 2021
Les citoyennes et citoyens de Moutier sont de retour aux urnes le 28 mars pour décider de leur avenir, un siècle après les premières velléités d'indépendance dans le Jura et près de quatre ans après un premier vote sous tension. Retour sur les étapes marquantes de 1917 à aujourd'hui.

2 septembre 1917: Premières velléités d’indépendance

Après un bref épisode indépendant, la "République rauracienne" durant la Révolution française, le territoire du Jura est attribué à la Suisse lors du Congrès de Vienne en 1815. Il est intégré au canton de Berne. Malgré le centralisme bernois, il conserve sa culture et sa langue françaises. Mais les divergences entre le Nord catholique et le Sud protestant grandissent au cours du XIXe siècle. Le fossé aboutit à la constitution en 1917 d’un "Comité pour la création d’un canton du Jura". S'il suscite une forte réaction antiséparatiste, il s'essouffle rapidement.

9 septembre 1947: L’affaire Moeckli

Le Grand Conseil bernois refuse de confier la Direction des travaux publics et des chemins de fer au conseiller d'Etat jurassien Georges Moeckli pour des raisons de langue. Cet événement est souvent vu comme un catalyseur de la Question jurassienne: les Jurassiens sont ulcérés et les journaux se déchaînent. Une manifestation de colère réunit 2000 personnes à Delémont. Certains demandent officiellement la création d’un canton du Jura.

>> Retour sur l'affaire Moeckli avec le journaliste René Fell et le militant Roland Béguelin dans une émission de 1974 (archives de la RTS):

Le journaliste et promoteur du séparatisme jurassien René Fell en 1974. [RTS]
Les origines de la question jurassienne / Affaires publiques / 4 min. / le 11 mai 1974

30 novembre 1947 : Le Mouvement séparatiste jurassien

Le Mouvement séparatiste jurassien (MSJ) est créé dans la foulée des mouvements de colère de l’affaire Moeckli. Une année après, il lance son propre hebdomadaire de propagande, le "Jura libre". A la même époque, d’autres associations ont contribué à façonner peu à peu l’identité du Jura, comme la Société jurassienne d'Emulation, Pro Jura et l'Association de défense des intérêts du Jura.

30 avril 1948 : Des revendications concrètes

Une brochure est publiée pour faire état de revendications politiques et économiques du côté jurassien. Dans sa réponse, le gouvernement bernois accepte certains points, mais refuse tout partage de souveraineté. Dans le même temps, il demande à des experts d’établir un rapport sur les relations Berne-Jura depuis 1815.

18 février 1948 : La Fête du peuple jurassien

Les autonomistes organisent leur première Fête du peuple jurassien. En même temps est publié un manifeste d’indépendance et une résolution protestant contre la lenteur du gouvernement bernois à satisfaire leurs revendications. Ce rassemblement devient annuel.

29 octobre 1950 : Le "peuple jurassien"

Bien que jugée insuffisante par beaucoup, la reconnaissance dans la Constitution bernoise du "peuple jurassien" est adoptée en votation populaire. Fin d’un processus durant lesquels les rapports se sont multipliés côté bernois et côté jurassien, le texte consacre la représentation jurassienne dans le gouvernement cantonal, le caractère officiel du français et la création d’une commission paritaire pour examiner les problèmes.

9 septembre 1951 : RJ contre UPJ

Porté par deux leaders charismatiques Roger Schaffter et Roland Béguelin, le Mouvement séparatiste jurassien se transforme en Rassemblement jurassien. Du côté probernois se crée aussi un nouveau groupement, l’Union des patriotes jurassiens (UPJ), avec l’industriel de Malleray Marc Houmard à la présidence.

5 juillet 1959 : Premier refus en votation

Sur une initiative populaire du Rassemblement jurassien, un scrutin cantonal est organisé pour évaluer les aspirations des Jurassiens sur l’idée d’un nouveau canton. Le non l’emporte à 52%, révélant un profond fossé entre les trois districts du Nord (Delémont, Ajoie, Franches-Montagnes), nettement favorables au nouveau canton, et ceux du Sud (Moutier, Courtelary, La Neuveville, Laufon), qui y sont opposés.

22 juin 1962 : Fondation du groupe Bélier

Les jeunes activistes projurassiens donnent un nom à leur mouvement, le groupe Bélier, et durcissent le ton et les actions. Oeuvrant tout d’abord surtout à la distribution de tracts, ils vont peu à peu lancer diverses opérations spectaculaires pour marquer leur opposition aux Bernois.

>> L'émission Continents sans visa fait le point en 1962 sur le blocage de la Question jurassienne:

En 1962, les positions sur l'avenir du Jura semblent bloquées.
Le Jura libre / Continents sans visa / 21 min. / le 6 décembre 1962

26 avril 1963 : L’affaire des places d’armes

L’incendie intentionnel de la ferme de Joux-Derrière aux Franches-Montagnes fait grand bruit. Cette propriété avait été rachetée par la Confédération pour en faire une place d'armes, suscitant un tollé d'oppositions. L’action est signée par le FLJ, le Front de Libération jurassien, qui est vu par beaucoup comme l’aile terroriste des autonomistes. Trois mois plus tard, le FLJ est responsable d’un autre incendie de ferme, puis attaque la succursale d'une banque bernoise à Delémont. Le projet de place d’armes aux Franches-Montagnes est finalement abandonné. Le FLJ organise encore plusieurs actions, dont l’incendie de la scierie du pro-Bernois Marc Houmard, puis ses membres sont arrêtés.

>> Le point sur l'attaque à l'explosif d'une banque bernoise à Delémont:

Le Front de libération du Jura s'en prend à une banque bernoise.
Attentat à Delémont / Carrefour / 43 sec. / le 5 octobre 1963

7 novembre 1963 : Le Livre blanc

Le gouvernement bernois rend un rapport, le Livre blanc, sur l’évolution des relations entre Berne et le Jura. Berne reconnaît la députation jurassienne comme interlocuteur privilégié dans le problème jurassien. Certains en profitent pour obtenir un statut d’autonomie au sein du canton de Berne, d’autres estiment que les concessions ne sont pas suffisantes et qu’il faut un nouveau canton.

30 août 1964 : Chahut aux Rangiers

Le conseiller fédéral Paul Chaudet et le ministre bernois Virgile Moine sont chahutés aux Rangiers par plusieurs milliers de manifestants séparatistes. Ils étaient venus célébrer le 50 anniversaire de la Mobilisation générale de 1914, mais la cérémonie a tourné court. Erigée dans ce lieu, la statue d’une sentinelle cristallise d’ailleurs la lutte des indépendantistes et la mainmise de Berne. Surnommé le "Fritz", elle a été renversée à plusieurs reprises avant d’être enlevée à la fin des années 80.

>> Retour sur ce chahut aux Rangiers:

Rangiers [TSR 1964]
Aux Rangiers / Carrefour / 13 min. / le 30 août 1964

17 mars 1967 : Le Plan bernois

Concrétisant un changement de cap lancé depuis quelques années, le gouvernement bernois expose un programme de réformes pour l’avenir du Jura en deux phases: une analyse puis l’adoption d’une ligne de conduite. L’idée d’un plébiscite n’est plus une utopie, si les négociations autour d'un statut d'autonomie échouent.

>> L'émission Continents sans visa revient sur les antagonismes entre séparatistes et anti-séparatistes:

Le débat sur l'autonomie est relancé, mais les positions demeurent.
Au loin l'indépendance / Continents sans visa / 17 min. / le 30 septembre 1965

1er mars 1970 : Le droit à l’autodétermination

Les peuples bernois et jurassien approuve un additif à la Constitution cantonale qui reconnaît le droit à l’autodétermination du peuple jurassien. Cette procédure prévoit trois plébiscites successifs en cascade, tout d’abord sur l’ensemble du territoire, puis dans les districts où la première décision serait contestée et enfin dans les communes limitrophes. Une médiation fédérale suit l’affaire de près.

>> Retour sur une campagne houleuse dans l'émission Temps Présent de 1974:

Les disctricts francophones du canton de Berne sont appelés aux urnes. [RTS]
Plébiscite de 1974 / Un jour une heure / 24 min. / le 24 juin 1974

4 septembre 1971 : Le Rathaus muré et rails goudronnés

Diverses actions sont menées pour mettre la pression sur le gouvernement bernois. Après avoir occupé la préfecture de Delémont et envahi la salle du Conseil national lors de l’élection à la présidence en 1968, les Béliers construisent un mur pour fermer la porte d’entrée du Rathaus de Berne. Ils manifestent également durant les Mondiaux de hockey en Suisse, investissent l’ambassade de Suisse à Paris, goudronnent les rails du tram à Berne et bloquent le poste de police de Delémont.

>> Le point sur l'action du Bélier à la préfecture de Delémont dans le journal du 30 juin 1968:

Le Groupe Bélier a pris possession de la préfecture de Delémont. [RTS]RTS
Coup d'éclat pacifique / Vingt-quatre heures de la vie du monde / 13 min. / le 30 juin 1968

14 décembre 1973 : Le groupe Sanglier

Pour s’opposer aux Béliers durant la campagne pour le plébiscite prévu en 1974 et militer pour le maintien du Jura dans le canton de Berne, la jeunesse antiséparatiste forme le groupe Sanglier à Tramelan. Provocations et actions houleuses entre Béliers et Sangliers marquent les mois et années suivants. Les drapeaux bernois et jurassiens sont fréquemment barbouillés ou volés.

22 mars 1974 : Force démocratique

L’organisation antiséparatiste Force démocratique est fondée, regroupant notamment l’Union des patriotes jurassiens et le Groupe Sanglier. Elle s’oppose à toute idée de séparation du territoire jurassien. Discours et déclarations solennels se multiplient des deux côtés durant les derniers mois de la campagne. Organes communaux, associations et personnalités donnent leurs mots d’ordre.

22 juin 1974 : Une première victime

Signe de la tension qui précède le vote, des coups de feu sont tirés dans la nuit à Boncourt contre un jeune séparatiste de 23 ans qui tentait de hisser un drapeau jurassien sur le toit d’un immeuble. Maurice Wicht est grièvement blessé et il décède peu après.

23 juin 1974 : Le oui historique

Les Jurassiens disent oui à la création d’un nouveau canton lors d’un plébiscite historique. Le résultat final: 36'802 oui contre 34'057 non et 1726 bulletins blancs. Mais la division est profonde entre les districts: le oui a atteint 68% en Ajoie, 77% aux Franches-Montagnes et 79% à Delémont, alors que le non s’est monté à 77% pour Courtelary, 72% pour le Laufonnais, 66% pour La Neuveville et 57% pour Moutier. Le vote fait néanmoins date, car il assure une entrée en souveraineté pour le Jura. Le 23 juin devient la date anniversaire du canton.

>> La réaction des Jurassiens au oui de 1974:

Célébration du plébiscite jurassien en 1974. [RTS]
Il pleut la liberté! / Archives / 25 min. / le 23 juin 1974

16 mars 1975 : Le non du Sud

Comme prévu, un nouveau vote est organisé dans les districts qui ont dit non lors du premier vote. Le résultat qui sort des urnes est le même et les trois districts du Sud (La Neuveville, Courtelary, Moutier) restent attachés au canton de Berne. Le district de Laufon, qui avait d'abord opté pour Berne, demande lui son rattachement au demi-canton de Bâle-Campagne. La division des sept districts historiques est irrévocable.

7 septembre 1975: Moutier reste au Sud

Suite du plébiscite "en cascade": des communes limitrophes de la nouvelle frontière se prononcent une nouvelle fois. Moutier, à une faible majorité, décide de rester dans le canton de Berne, de même que Grandval, Perrefite et Rebévelier. Châtillon, Corban, Courchapoix, Courrendlin, Les Genevez, Lajoux, Rossemaison et Mervelier décident de faire partie du futur canton du Jura.

24 septembre 1978: L’adoubement national

Comme il faut changer la Constitution fédérale pour permettre l’entrée en souveraineté du nouveau canton, l’ensemble de la population suisse doit se prononcer en votation populaire. Le Conseil fédéral prône le oui. La majorité du peuple et tous les cantons reconnaissent la République et Canton du Jura comme 23e canton suisse (82,3% de oui au niveau national).

>> La réaction des Jurassiens au oui helvétique:

François Lachat proclame l'indépendance du Jura, le 24 septembre 1978 [RTS]
Enfin l'indépendance! / TJ midi / 2 min. / le 24 septembre 1978

1er janvier 1979: L’entrée en souveraineté

Le canton du Jura devient officiellement indépendant, avec Delémont comme siège des autorités politiques et Porrentruy comme siège des tribunaux. Une Constitution jurassienne entre en vigueur et la Constitution bernoise est modifiée. La lutte ne s’arrête toutefois pas et de nombreux autonomistes clament qu’ils vont continuer à se battre, jusqu’à ce que les districts du Sud soient rattachés au nouveau canton.

31 janvier 1982 : Tentative de réunification

Trois ans après l’entrée en souveraineté, le Groupe Bélier lance une initiative sur le thème de la réunification. Quelques mois après, il enlève des rails sur la ligne ferroviaire Lauterbrunnen-Wengen pour dénoncer le maintien de la commune de Vellerat dans le canton de Berne, alors que la population veut rejoindre le Jura.

28 mars 1984 : Les caisses noires

Le contrôleur des finances bernoises révèle que des fonds secrets bernois, des caisses noires, ont servi à influencer les différents votes. L’affaire fait scandale, les autonomistes dénoncent une manipulation, une enquête est ouverte. La tension monte entre les gouvernements jurassien et bernois. L’affaire fait débat jusqu’au Conseil fédéral et au Parlement, mais le Tribunal fédéral décide, 7 ans plus tard, de ne pas y donner suite, à part pour un vote concernant le Laufonnais.

3 juin 1984 : Le vol de la pierre d’Unspunnen

La pierre d'Unspunnen est dérobée par les indépendantistes du Bélier au musée touristique d'Unterseen, dans l'Oberland bernois. D'un poids de 83,5 kilos, cette pierre est un symbole de la Suisse primitive. Elle sera rendue le 12 août 2001 lors du Marché-Concours de Saignelégier. Ce vol est l'un des nombreux actes de "résistance" mené par les indépendantistes jurassiens.

>> Le sujet du 19h30 consacré à la réapparition de la pierre en 2001:

La pierre d'Unspunnen réapparaît lors du Marché-Concours de Saignelégier 17 ans après avoir été volée
La pierre d'Unspunnen réapparaît lors du Marché-Concours de Saignelégier 17 ans après avoir été volée / 19h30 / 2 min. / le 12 août 2001

7 janvier 1993 : Une deuxième victime

Christophe Bader, un jeune militant de Saint-Brais, se tue en posant une charge explosive artisanale à Berne.

31 mars 1993 : La Question jurassienne relancée

Suivant plusieurs interventions demandant que les liens entre le Jura et Berne soient réexaminés, un rapport de la Commission consultative du Conseil fédéral et des cantons de Berne et du Jura, dite Commission Widmer (du nom de son président Sigmund Widmer) est publié. Salué du côté jurassien, mais vivement critiqué par les milieux bernois, ce texte fait appel au dialogue et définit les grandes lignes d'une procédure en vue de la réunification.

25 mars 1994 : L’Assemblée interjurassienne

Un accord tripartite entre Berne, le Jura et la Confédération est signé pour créer l’Assemblée interjurassienne. Celle-ci vise à restaurer le dialogue entre les Jurassiens des deux côtés de la frontière et de renforcer leur collaboration. Son siège est à Moutier, ses 24 représentants proviennent à part égale des deux entités et le président est nommé par le Conseil fédéral.

1er juillet 1996: Vellerat rejoint le Jura

La commune de Vellerat, qui avait voté oui en 1975, est rattachée au Jura. Le fait que le petit village devienne la 83e commune du canton avait été clairement approuvé par le peuple suisse le 10 mars 1996. Vellerat n'avait pu rejoindre le nouveau canton pour des raisons à la fois formelles et politiques et avait proclamé son indépendance en 1982.

>> Retour sur l'épopée de Vellerat pour rejoindre le Jura:

La commune de Vellerat fête les dix ans de son rattachement au canton du Jura
La commune de Vellerat fête les dix ans de son rattachement au canton du Jura / Couleurs locales / 1 min. / le 30 juin 2006

12 février 1999 : Quel avenir?

L’Assemblée interjurassienne rouvre le dossier jurassien, posant les diverses possibilités envisagées: autonomie du Jura bernois dans le canton de Berne, canton à six districts ou participation des deux Jura à un plus vaste canton de l’Arc jurassien. L’idée est d’instaurer un dialogue progressif, sans rien précipiter.

7 septembre 2005 : Une étude sur l’avenir du Jura

Les gouvernements jurassien et bernois donnent à l’Assemblée interjurassienne le mandat de mener une étude sur l’avenir institutionnel de la région interjurassienne, sous le regard du Conseil fédéral. Y figure notamment l’étude d’une nouvelle entité à six districts et le statut particulier du Jura bernois.

4 mai 2009 : Une déclaration d’intention

L’Assemblée interjurassienne rend son rapport final sur l’avenir du Jura à la Confédération et aux cantons de Berne et du Jura, avec une déclaration d’intention et une proposition de votation sur la question. Certains déplorent son manque d’ambition, le gouvernement jurassien le considère comme une base solide. Son homologue bernois se dit favorable au statu quo.

20 février 2012 : Le scrutin est décidé

Par leurs présidents de gouvernement respectifs, Elisabeth Baume-Schneider et Bernhard Pulver, les cantons du Jura et de Berne signent la Déclaration d'intention stipulant que des votations seront organisées pour consulter les deux populations sur leurs volontés de créer un nouveau canton entre le Jura et le Jura bernois. La signature est chapeautée par le Conseil fédéral en la personne de Simonetta Sommaruga.

24 novembre 2013 : Un nouveau vote

Les habitants du Jura et du Jura bernois sont appelés aux urnes pour évoquer l’avenir de la région jurassienne. Ils ne doivent pas directement dire oui ou non à un nouveau canton à six districts, mais à la création d'une assemblée constituante chargée d'en élaborer les contours. Seul un double oui permettrait de poursuivre le processus, mais certaines communes pourraient aussi décider ultérieurement de changer seules de canton si elles le désirent. Au final, le canton du Jura dit oui à 64,2%, le Jura bernois non à 71,85%. Mais la commune bernoise de Moutier dit oui à 55%. L’idée du Grand Jura est donc abandonnée, mais les discussions autour de Moutier redémarrent.

>> Les réactions des deux camps dans Forum:

Tracteurs et pancartes au col de Pierre-Pertuis le 29 septembre. [Gaël Klein - RTS]Gaël Klein - RTS
Le Jura bernois dit "non" à un avenir commun avec le Jura / Forum / 23 min. / le 24 novembre 2013

18 juin 2017 : Moutier choisit le Jura

Lors d’un nouveau vote sous tension, les habitants de Moutier choisissent du bout des lèvres de rejoindre le canton du Jura. Après recomptage, le oui l’emporte à 51,7%, soit par 137 voix d’avance (2067 oui, contre 1930 non). C’est la liesse dans la ville où des milliers de Jurassiens déferlent avec le drapeau de leur canton en mains. Le résultat est validé par les observateurs de l’Office fédéral de la justice dépêchés sur place.

>> Le point sur ce vote dans le 19h30:

Moutier: les Jurassiens ont célébré un moment historique [RTS]
Moutier: les Jurassiens ont célébré un moment historique / 19h30 / 1 min. / le 19 juin 2017

19 juillet 2017 : Les recours

A l'échéance du délai de recours, un total de douze requêtes sont parvenues à la préfecture du Jura bernois après la décision de Moutier de rejoindre le canton du Jura. Sont notamment dénoncés des irrégularités dans le vote par correspondance, une présentation des arguments jugés tendancieuse de la part des autorités, un non respect de la feuille de route mise en place par les deux cantons. Des soupçons de tourisme électoral sont également mis en avant.

>> Le point sur les recours dans le 12h45:

Votation de Moutier (BE): douze recours ont été déposé après le oui du 18 juin. [RTS]
Votations Moutier: douze recours ont été déposé après le "oui" du 18 juin dernier / 12h45 / 46 sec. / le 20 juillet 2017

17 septembre 2017 : Belprahon et Sorvilier choisissent Berne

Après Moutier, ce sont les citoyens des villages de Sorvilier et Belprahon qui déterminent leur avenir dans les urnes et tous les deux décident de rester bernois: Sorvilier par 121 voix contre 62 et Belprahon par 121 voix contre 114.

10 novembre 2017 : Dissolution de l’Assemblée interjurassienne

Ces votes doivent mettre fin à la Question jurassienne et l’Assemblée jurassienne a ainsi terminé son travail. Elle est officiellement dissoute lors d’une cérémonie à Moutier par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et les présidents des deux gouvernements, Nathalie Barthoulot pour le Jura et Bernhard Pulver pour Berne.

5 novembre 2018 : Le vote invalidé

Après de longs mois d’attente, le scrutin du 18 juin 2017 qui avait vu Moutier décider de rejoindre le canton du Jura est invalidé. La préfète du Jura bernois Stéphanie Niederhauser a accepté six recours déposés lors de ce vote. La préfecture relève des violations aux devoirs d'objectivité, de transparence et de proportionnalité commises par les autorités. Les autonomistes dénoncent un déni de justice, alors que le camp pro-bernois se réjouit de ce revirement.

>> Retour sur cette décision dans le 19h30:

Moutier: vote communaliste annulé, question jurassienne relancée. [RTS]
Moutier: vote communaliste annulé, question jurassienne relancée. / 19h30 / 2 min. / le 5 novembre 2018

28 mars 2021 : Un nouveau vote

Les citoyennes et citoyens de Moutier se prononcent à nouveau sur leur appartenance cantonale, un scrutin très scruté de la part des deux camps et placé sous la surveillance d'observateurs fédéraux. Au final, le oui l'a emporté par 2114 voix contre 1740, soit 54,9% des voix. Une nouvelle liesse populaire s'est alors emparée de la ville prévôtoise.

>> Les précisions du 19h30:

Moutier a tranché: adieu Berne, bonjour le Jura! [RTS]
Moutier a tranché: adieu Berne, bonjour le Jura! / 19h30 / 2 min. / le 28 mars 2021

>> Lire aussi: Liesse jurassienne à Moutier après le net oui dans les urnes

Frédéric Boillat

Publié Modifié