Modifié

Le gouvernement jurassien glisse au centre-gauche grâce à l'élection de Rosalie Beuret Siess

Pour la première fois de son histoire, le gouvernement cantonal jurassien compte deux femmes. [RTS]
Pour la première fois de son histoire, le gouvernement cantonal jurassien compte deux femmes. / 19h30 / 2 min. / le 1 mars 2020
Le PDC a perdu dimanche son 2e siège au gouvernement. Lors du second tour de l'élection complémentaire, la socialiste Rosalie Beuret Siess a devancé la candidate PDC Anne Seydoux-Christe. L'exécutif glisse au centre-gauche.

La candidate socialiste a encore amélioré son score par rapport au 1er tour. Rosalie Beuret Siess a obtenu 10'486 voix (46,9%) soit une avance de 1995 voix sur la candidate du PDC Anne Seydoux-Christe avec 8491 voix (38%). L'UDC Romain Schaer est largement distancé avec 3379 suffrages (15,1%). La participation s'est élevée à 39%.

 Le nouveau gouvernement jurassien au complet. [Gaël Klein - RTS]Le nouveau gouvernement jurassien au complet. [Gaël Klein - RTS]

Le PDC jurassien a donc perdu le siège laissé vacant au gouvernement par la démission de Charles Juillard à la suite de son accession au Conseil des Etats. Pour la première fois de l'histoire du canton du Jura, les démocrates-chrétiens ne sont plus le premier parti du gouvernement qui compte désormais 2 PS, 1 PDC, 1 PLR et 1 PCSI.

"Je suis extrêmement heureuse, c'est un magnifique résultat. Je suis très reconnaissante envers les Jurassiennes et les Jurassiens qui m'ont accordé leur confiance aujourd'hui. J'imaginais un résultat beaucoup plus tendu", s'est exprimée Rosalie Beuret Siess au micro de la RTS.

>> La réaction de Rosalie Beuret Siess dans le 19h30:

La socialiste Rosalie Beuret Siess réagit à son élection au gouvernement jurassien. [RTS]
La socialiste Rosalie Beuret Siess réagit à son élection au gouvernement jurassien. / 19h30 / 1 min. / le 1 mars 2020

Mobilisation du PDC insuffisante

Le rejet par le PDC d'une offre de l'UDC qui proposait le retrait de son candidat à condition de pouvoir faire liste commune aux élections cantonales du 18 octobre a aussi pu contribuer à l'échec d'Anne Seydoux-Christe. Pour le comité directeur, cette demande était irrecevable.

L'appel à la mobilisation et au vote utile lancé par le PDC n'aura donc pas eu l'effet escompté, comme l'a reconnu le président du parti Pascal Eschmann. Le PDC avait pourtant obtenu le soutien du PLR et du PCSI.

"Je regrette de ne pas avoir réussi à conserver le deuxième siège du PDC. Malgré ça, j'ai pu défendre les valeurs qui sous-tendent le PDC dans cette campagne, et j'espère maintenant que mon parti va continuer plus uni qu'auparavant pour affronter les élections de cet automne", a expliqué à la RTS Anne Seydoux-Christe.

>> Anne Seydoux-Christe commente son échec:

Anne Seydoux Christe commente sa non election dans le Jura
Anne Seydoux-Christe commente sa non élection dans le Jura / L'actu en vidéo / 1 min. / le 1 mars 2020

Gauche unie

Alors que la droite partait divisée dans la course au gouvernement, la gauche montait unie au front, Rosalie Beuret Siess ayant obtenu le soutien des Verts et de CS-POP. La quadragénaire de Porrentruy a sans doute profité aussi de l'élan créé par des thèmes comme l'égalité et le climat.

Plus important parti du canton à l'issue des élections fédérales, le Parti socialiste a donc repris son deuxième siège perdu en 2015. Il estime que cette nouvelle composition de l'exécutif correspond davantage aux aspirations des Jurassiens.

Une autre première concerne la représentation féminine au gouvernement. Avec l'élection de Rosalie Beuret Siess, c'est une femme qui rejoint Nathalie Barthoulot au sein de l'exécutif. Jusqu'à présent il n'y avait à chaque fois qu'une seule femme.

>> La réaction de l'UDC Romain Schaer:

Réaction de l'UDC Romain Schaer au résultat de l'élection complémentaire dans le Jura
Réaction de l'UDC Romain Schaer au résultat de l'élection complémentaire dans le Jura / L'actu en vidéo / 1 min. / le 1 mars 2020

Retour aux urnes en octobre

Rosalie Beuret Siess repassera par les urnes le 18 octobre lors des élections cantonales. La socialiste ne sera en place que quelques mois donc et sans l'assurance d'être en mesure de poursuivre son mandat au cours des cinq prochaines années.

nr

Publié Modifié