Modifié le 17 février 2020 à 13:00

Les Vert'libéraux envisagent de s'implanter dans le canton du Jura

L'Hôtel du Parlement et du Gouvernement jurassien à Delémont.
Les Vert'libéraux envisagent de s'implanter dans le canton du Jura Le 12h30 / 2 min. / le 17 février 2020
Après leur succès aux dernières élections fédérales, les Vert'Libéraux pourraient présenter des candidats aux élections jurassiennes d'octobre. La création de cette section cantonale pourrait bousculer la répartition des forces au Parlement jurassien.

Une séance fermée à la presse aura lieu le 4 mars à St-Ursanne afin "d'écouter et de voir les volontés de chacun". C'est le discours tenu lundi à Berne par le parti vert’libéral, très heureux de pouvoir déjà compter sur 35 membres, dont certains très actifs dans le canton du Jura.

Fort de son résultat sous la coupole au mois d'octobre, les Vert'Libéraux ont doublé le nombre de leurs élus, passant de 8 à 16, et pourraient profiter de cette dynamique en terre jurassienne. 

Plusieurs déçus de la politique jurassienne

Mais on a déjà entendu parler des Vert'libéraux dans le Jura. C'était en 2012, lors d'une tentative de rapprochement avortée avec le Parti Chrétien Social Indépendant (PCSI). Au printemps, une assemblée du PCSI y avait mis un terme, une majorité des membres ne se reconnaissant pas dans la ligne du PVL. On retiendra tout de même que 20% de l'assemblée s’était abstenue à l'époque: peut-être un signe avant-coureur.

Les initiateurs de cette section espèrent drainer les déçus de la politique jurassienne. En effet, ils sont trois, tous issus des rangs du PDC et du PCSI, justement. A leur tête, le frère de l’ancien ministre Philippe Receveur, Didier. Cet ancien conseiller communal a quitté le PDC peu de temps après son frère. A ses côté, Karine Marti, elle aussi ex-PDC, ancienne candidate au Gouvernement et au Conseil national, et enfin Pascal Henzelin, ancien député du PCSI au Parlement.

"Le Jura en marche" et "Ecologie libérale"

Ensemble, ces élus avaient d’ailleurs lancé un mouvement, l'année passée, sous le nom "le Jura en marche": une sorte de think tank à tendance écologiste de droite, un peu comme Ecologie libérale fondée en 2003 par l’actuelle vice-présidente des Vert’libéraux, la conseillère nationale Isabelle Chevalley.

Pour mémoire, deux anciens ministres jurassiens démissionnaires du PDC, Philippe Receveur et Pierre Kohler étaient aussi membres d’Ecologie libérale. Et il ne fait guère de doute que la création d'une section des Vert'libéraux dans le Jura pourrait faire de l’ombre à certaines formations politiques qui sont aujourd'hui à la peine.

Gaël Klein/jvia

Publié le 17 février 2020 à 12:54 - Modifié le 17 février 2020 à 13:00