Modifié le 07 janvier 2020 à 14:10

Les urgences de Saignelégier (JU) ont définitivement fermé leurs portes

L'hôpital du Jura a fermé son service d'urgence à Saignelégier dans les Franches-Montagnes.
L'hôpital du Jura a fermé son service d'urgence à Saignelégier dans les Franches-Montagnes. 12h45 / 2 min. / le 07 janvier 2020
Une page s'est tournée dans les Franches-Montagnes avec la fermeture du service d'urgence de Saignelégier. Cette nouvelle étape dans la réorganisation des urgences s'inscrit dans le concept cantonal de médecine d'urgence et de sauvetage.

Depuis plusieurs années, l'hôpital de Saignelégier s'est avant tout mué en EMS, alors que les urgences avaient péniblement survécu entre les chambres des pensionnaires. Leur fermeture à la fin du week-end dernier semblait inéluctable.

Avec un petit local, quelques instruments et moins de 800 entrées par an, les urgences ne répondaient plus vraiment aux exigences et certains évoquaient même une fausse sécurité. En effet, il n'y avait pas de médecin sur place mais uniquement une permanence d’infirmière et un médecin de piquet. Pour le patient, s'y déplacer en cas d’urgence vitale était souvent synonyme de perte de temps.

Fermeture à Porrentruy cet été

Avec cette fermeture, le Jura effectue un pas supplémentaire dans sa nouvelle stratégie, une chaîne décentralisée basée sur le numéro 144 comme premier réflexe, des premiers répondants et un médecin de 8 à 22 heures. L’ambulance, elle, reste à Saignelégier et redirige les patients vers les hôpitaux de Delémont, Saint-Imier (BE) ou La Chaux-de-Fonds (NE). L'idée est de venir en aide aux patients sur le terrain le plus rapidement possible.

A son annonce, ce système a provoqué une levée de boucliers dans tout le canton. L'Hôpital du Jura a dû convaincre la population et les autorités des communes francs-montagnardes.

Pour l'Hôpital du Jura, les travaux continuent. A la fin de l’été, la fermeture des urgences nocturnes de Porrentruy coïncideront avec la mise en place du SMUR, le service mobile d'urgence dans tout le canton.

Serge Mérillat/boi

Publié le 07 janvier 2020 à 13:57 - Modifié le 07 janvier 2020 à 14:10