Publié le 21 avril 2019 à 11:17

Nathalie Barthoulot promet d'améliorer l'aide sociale dans le Jura

La ministre jurassienne Nathalie Barthoulot.
Nathalie Barthoulot promet d'améliorer l'aide sociale jurassienne Le Journal horaire / 1 min. / le 21 avril 2019
Après avoir suscité beaucoup d’attentes, la publication en février du premier rapport social a entrainé une vague de réactions parfois très critiques. La ministre Nathalie Barthoulot promet d'améliorer l'aide sociale.

Interpellée à plusieurs reprises, la ministre jurassienne de l’Intérieur a récemment défendu en public le rapport établi par ses services. Nathalie Barthoulot admet qu’il n’est pas parfait, mais rappelle que c’est une première mouture et que les autorités cantonales entendent améliorer le fonctionnement de l’aide sociale dans le Jura.

"Les réactions m'ont un peu chagrinée", souligne-t-elle dimanche dans une interview à la RTS. "C'est surtout parce que ce rapport était à voir comme un premier jalon, une véritable première pierre à l'édifice de la lutte contre la pauvreté."

"De meilleures réponses à offrir"

Face aux lectures plutôt négatives du rapport, Nathalie Berthoulot promet de "questionner le dispositif, faire en sorte par exemple que les délais de traitement soient raccourcis, qu'il y ait un maillage plus important entre les différents partenaires en lien avec les personnes dans des situations de précarité pour faire en sorte que nous ayons de meilleures réponses à offrir à ces personnes."

Parmi les voix critiques figure l’ancien député chrétien social indépendant Jean-Paul Miserez. Il avait obtenu devant le Parlement en 2010 que le gouvernement établisse une étude de l’ampleur et de l’évolution de la pauvreté dans le canton du Jura.

Les gens ne devraient pas avoir à quémander

Neuf ans après, il craint que l’on dise que le Jura est trop pauvre pour s’occuper de ses pauvres. Il estime que ce n’est pas aux personnes souffrant de précarité de quémander l’aide de l’Etat. 

"On a suffisamment d'éléments pour pouvoir déjà - au niveau de l'Etat lui-même - dire qui a droit à ce soutien", remarque l'ancien politicien. "Ce serait certainement possible sans qu'on aille le demander. C'est la responsabilité de l'Etat de supprimer la précarité (...) La responsabilité est de notre côté, nous qui avons les moyens ou des responsabilités", et pas aux personnes dans le besoin.

>> Ecouter l'interview de Jean-Paul Miserez:

La ministre jurassienne de l’Intérieur a récemment défendu en public le rapport établi par ses services.
Gaël Klein - RTS
Le Journal horaire - Publié le 21 avril 2019

Gaël Klein/oang

Publié le 21 avril 2019 à 11:17