Modifié le 13 octobre 2018 à 16:40

Une association de soutien à Pierre Maudet fait des remous à Genève

Pierre Maudet.
Une association de soutien à Pierre Maudet fait des remous à Genève Le 12h30 / 1 min. / le 28 septembre 2018
Des campagnes de Pierre Maudet ont été en partie financées par deux associations, longtemps inconnues de la direction du PLR, affirme samedi la Tribune de Genève. L’une était au nom du magistrat. Et selon le journal, la présidence du PLR a refusé l’argent qui en provenait.

Selon la Tribune de Genève, Pierre Maudet a révélé en début d’été l’existence d’une association de soutien à son nom au trésorier du PLR genevois ainsi qu'à son président Alexandre de Senarclens.

Cette association créée il y a six ans dispose d'un fonds que le conseiller d'Etat veut à ce moment-là reverser au parti. Mais la direction du PLR refuse, car elle n'a jamais entendu parler de cette association et ignore tout de ses donateurs. Quelque jours plus tard, le 2 juillet, Pierre Maudet et sa femme procèdent à un don au parti de 50'000 francs, selon le journal.

Le président Alexandre de Senarclens a confirmé à la RTS que le parti a reçu un don du couple Maudet, refusant toutefois de s’exprimer sur le montant de celui-ci.

Financement d'un sondage

A propos de cette association, la Tribune de Genève précise qu'elle a servi à financer un sondage pour le compte de Pierre Maudet il y a quelques mois, avant l'élection au Conseil d'Etat. Près de 35'000 francs ont été recueillis notamment par l'ami du magistrat, Antoine Daher, qui est un des organisateurs du voyage à Abu Dhabi de 2015.

Le quotidien genevois précise que le recours à une cagnotte privée n'a rien d'illégal. Alexandre de Senarclens de son côté se refuse à faire un commentaire sur l'association de soutien de Pierre Maudet, mais il relève dans les colonnes du journal qu'il est "assez classique pour un candidat à l'exécutif, quel que soit le parti, d'avoir un comité de soutien, sous forme d’association".

"Une structure on ne peut plus classique", juge Pierre Maudet

Contacté par la RTS, Pierre Maudet a indiqué dans une prise de position écrite qu'il "n'a jamais caché l'existence de son comité de soutien". Le magistrat estime que "c'était une structure on ne peut plus classique pour une personnalité politique". Une structure qui s'est surtout montrée active, selon lui, "en 2012-2013, au moment de sa première élection au Conseil d'Etat".

Selon le ministre, "il apparaît logique que le solde soit reversé au parti, quand cette association cesse son activité". Pierre Maudet précise avoir "informé de manière transparente le parti que ce solde provenait de son comité de soutien".

Guillaume Rey/boi

Publié le 13 octobre 2018 à 14:28 - Modifié le 13 octobre 2018 à 16:40