Modifié le 16 août 2018

Enquête à Genève contre le médecin qui dit "soigner" l'homosexualité

Un médecin tenant un dossier. (photo prétexte)
Un médecin tenant un dossier. (photo prétexte) [Frédéric Cirou - PhotoAlto/AFP]
A la demande du conseiller d'Etat genevois en charge de la Santé Mauro Poggia, une enquête a été ouverte mercredi à l'encontre d'un médecin généraliste et homéopathe affirmant pouvoir agir sur l'homosexualité.

Mauro Poggia a "demandé à la commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients d'ouvrir une enquête", a indiqué mercredi le conseiller d'Etat en charge de la Santé dans un entretien au Courrier en ligne.

Selon le magistrat, le fait que le médecin semble penser que l'homosexualité soit une maladie à guérir est "un élément suffisant pour ouvrir une enquête."

Radiation possible

La commission devra examiner si son opinion est indépendante de son activité médicale, s'il y a mise en danger de ses patients ou s'il s'est livré à une pratique illégale de la médecine, détaille Mauro Poggia. Elle peut infliger des sanctions, voire proposer une radiation.

Le Français bénéficie d'une autorisation de pratiquer en tant que médecin généraliste à Genève. En revanche, il n'a pas eu besoin d'obtenir une autorisation du canton de Vaud, car il n'est établi à Lausanne qu'en tant qu'homéopathe.

Datant de 2009, le contenu du site internet du praticien a été récemment relayé sur les réseaux sociaux avant d'être repris par FranceInfo. Interrogé mardi dans le 19h30 de la RTS, le médecin homéopathe a indiqué: "L'homosexualité est un symptôme comme un autre, comme pourrait être le mal à la tête ou le rhume des foins, etc. Je ne comprends pas bien où est le problème."

>> Le reportage du 19h30 sur ce médecin:

Homosexualité et homéopathie: un médecin basé à Genève et Lausanne propose un traitement controversé.
19h30 - Publié le 14 août 2018

ats/vtom

Publié le 15 août 2018 - Modifié le 16 août 2018