Modifié le 18 mai 2018 à 19:29

Un contrat en jeu à l’aéroport de Genève quand Pierre Maudet était à Abu Dhabi

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet, photographié le 6 novembre 2017.
Un contrat en jeu à l’aéroport de Genève quand Pierre Maudet était à Abu Dhabi Forum / 3 min. / le 18 mai 2018
Le voyage à Abu Dhabi de Pierre Maudet, ministre de tutelle de Genève Aéroport, est intervenu au moment où se négociaient les concessions des entreprises de service au sol de l’aéroport, a appris la RTS. La société émiratie Dnata a finalement remporté l’une des concessions.

Lors de ce voyage, le conseiller d'Etat Pierre Maudet était accompagné de Patrick Baud-Lavigne, représentant du Département genevois de la sécurité et de l’économie au conseil de direction de Cointrin.

Le ministre genevois de la Sécurité et de l’Economie continue d’affirmer que son voyage était strictement privé et que la rencontre qu’il a eue à Abu Dhabi avec le prince héritier était purement fortuite. Interrogé par téléphone lors du 19h30, Pierre Maudet a réfuté tout lien entre son voyage et le contrat pour l'aéroport. "J'aurais été bien emprunté de le faire dans la mesure où je n'intervenais pas dans l'attribution de cette concession", a encore affirmé Pierre Maudet. 

>> Lire: Pierre Maudet réfute tout lien entre son voyage et le contrat pour l'aéroport

Leur discussion aurait porté uniquement sur la sécurité du Grand Prix de F1. L’agenda des affaires liant Genève et Abu Dhabi à cette période-là pose des questions, selon l'enquête de la RTS. 

>> Lire: Pierre Maudet a dû s'expliquer sur un voyage à Abu Dhabi en 2015

En octobre 2015, l’aéroport de Genève ouvre l’appel d’offres pour le renouvellement des concessions de ses sociétés de services au sol. Soit le mois qui précède le fameux séjour de Pierre Maudet au Grand Prix d'Abu Dhabi.

Dnata, fleuron de l’Etat émirati

Dnata figurait parmi les candidats. Déjà active à Cointrin, la société est l’une des plus grandes entreprises de service sur le plan mondial (un milliard de dollars d’actifs, 300 millions de bénéfices au 31 mars 2016) et un fleuron de l’Etat émirati sous contrôle d’Abu Dhabi depuis la crise de Dubaï, de l’avis de plusieurs spécialistes de l’économie du Golfe. Selon une source locale, l’entreprise privée dépendrait même en partie du Ministère des transports.

A Cointrin, sept dossiers de candidatures ont été déposés en décembre 2015, soit quelques jours après le retour de Pierre Maudet. Parmi ces candidats, Dnata et Swissport, qui se partagent alors le marché genevois. Les dossiers sont étudiés en janvier par une commission interne à l’aéroport. Au final, Swissport et Dnata emportent formellement les concessions le 23 mars 2016, à quelques points de la société espagnole Acciona.

Une société controversée

Dnata était pourtant loin de faire l’unanimité. Violemment dénoncée par les syndicats pour des problèmes de dumping salarial, l’entreprise arrivait en troisième choix des compagnies d’aviation dont le vote reste consultatif. Swiss et easyJet (laquelle représente environ 40% du trafic à GVA) avaient choisi respectivement Swissport et AAS, une petite compagnie active à Zurich, arrivée première du ranking. Les compagnies sont les premiers clients des sociétés de service au sol avec qui elles contractent directement.

Y a-t-il un lien entre le voyage de Pierre Maudet et l’attribution de la concession à Dnata? Pierre Maudet, magistrat de tutelle, a siégé au Conseil d’administration de l’aéroport officiellement jusqu’à fin 2014, de fait une bonne partie de l’année 2015, et son interventionnisme dans les dossiers, y compris dans le cas présent, est souligné par plusieurs proches de ce dossier. Patrick Baud-Lavigne, quant à lui, siège au Conseil de direction de l’aéroport.

Critique du Parti socialiste

Pour Carole-Anne Kast, présidente du Parti socialiste genevois, le cas pose problème et Pierre Maudet aurait dû s’abstenir de faire le déplacement dans ces circonstances. "Monsieur Maudet aurait dû voir que dans un tel contexte un voyage qui se voulait privé ne pourrait que être perçu comme une opportunité de faire valoir des intérêts économiques."

Le sujet a-t-il été abordé lors de l’entretien avec le Prince? Par écrit, la porte-parole de Pierre Maudet Emmanuelle Lo Verso répond "Non". Quant à la procédure d’attribution, Emmanuelle Lo Verso rappelle que "s'agissant d'une procédure d'appel d'offres publiques strictement encadrée par l'OFAC, il n'y a, de toute façon, aucune possibilité de prendre influence sur le résultat de cet appel d'offres que ce soit par le canton ou par les membres du Conseil d'administration."

>> Lire aussi: Le voyage de Pierre Maudet à Abou Dhabi ne laisse personne indifférent

Sujet traité dans le flash de 14h sur RTS La Première

Laetitia Guinand

Publié le 18 mai 2018 à 13:10 - Modifié le 18 mai 2018 à 19:29