Modifié le 28 avril 2018 à 13:10

Erwin Sperisen condamné à 15 ans de prison pour complicité d'assassinats

Genève: quinze ans de prison pour Erwin Sperisen.
Genève: quinze ans de prison pour Erwin Sperisen 19h30 / 2 min. / le 27 avril 2018
L'ex-chef de la police du Guatemala Erwin Sperisen a été condamné vendredi en appel à quinze ans de prison. La justice genevoise l'a reconnu coupable de complicité dans l'assassinat de sept détenus en 2006.

Selon les juges de la Chambre pénale d'appel et de révision, la faute d'Erwin Sperisen est d'une très grande gravité. Il a couvert l'opération criminelle du commando dans le pénitencier de Pavon de toute son autorité et ne s'est pas contenté de le laisser agir.

La Chambre relève qu'il reste toutefois des zones d'ombre, notamment sur l'implication du double-national helvético-guatémaltèque dans l'élaboration du plan criminel. Les juges n'ont ainsi pas retenu la coactivité, même si le cas se trouve à la limite.

Pas d'arrestation après l'audience

Erwin Sperisen n'a pas été arrêté à l'issue de l'audience. En effet, les mesures de substitution ont été maintenues, lui évitant ainsi de retourner en détention.

Pour rappel, le procureur avait requis lors du procès la prison à vie pour assassinat à l'encontre de l'ancien responsable. Il avait demandé une peine de 15 ans de prison au cas où la Chambre pénale d'appel et de révision ne retiendrait que la complicité du prévenu dans ces exécutions.

ats/tmun

Publié le 27 avril 2018 à 14:28 - Modifié le 28 avril 2018 à 13:10

Retour sur l'affaire Sperisen

Erwin Sperisen a dirigé la police nationale du Guatemala entre 2004 et 2007. Venu se réfugier en Suisse, il a été accusé d'avoir pris part à l'exécution extrajudiciaire de dix détenus en 2005 et 2006. Double national suisse et guatémaltèque, il a été condamné deux fois par la justice genevoise à une peine de privation de liberté à vie.

Le Tribunal fédéral a cependant cassé cette condamnation et demandé la tenue d'un nouveau procès. Il a souligné les insuffisances de la motivation du verdict en relevant notamment diverses violations du droit d'être entendu. Erwin Sperisen a été remis en liberté provisoire fin septembre après cinq ans de détention préventive passés dans la prison genevoise de Champ-Dollon.