Modifié le 13 avril 2018 à 22:11

Premiers essais compliqués pour les taxis volants "Sea Bubbles" à Genève

Seabubbles: nouveaux taxis volants sur le Léman
Seabubbles: nouveaux taxis volants sur le Léman 19h30 / 2 min. / le 13 avril 2018
A Genève, le lancement des tests des "Sea Bubbles", un taxi électrique à mi-chemin entre le bateau et l'avion, a été marqué vendredi par un souci technique. Endommagé par des algues, le prototype n'a pas pu voguer au-dessus de l'eau.

Est-ce parce qu'on était le vendredi 13? Anders Bringdal, le co-fondateur de la start-up Sea Bubbles, a assuré que ce genre d'aléas faisait partie du processus de développement. Le Suédois a présenté à la presse son taxi volant, en compagnie d'Alain Thebaut, l'autre fondateur de l'entreprise créée en 2016.

Confiants et souriants, l'ex-champion du monde de planche à voile et le navigateur français ont vanté les mérites de ce bateau-taxi à propulsion électrique "qui ne pollue pas et ne fait pas de bruit". Et vole dès 10km/h, sans faire de vague.

Obstacles administratifs

Luc Barthassat, chef du Département genevois des transports, s'est réjoui de pouvoir accueillir ce "grand projet futuriste". Ces engins présentés par certains comme des gadgets seront peut-être les "Mouettes de demain", veut croire le conseiller d'Etat.

Pour l'heure les "Sea Bubbles" peuvent transporter quatre personnes plus le pilote. Mais des modèles plus grands pourront être créés. Il reste encore des obstacles administratifs à lever avant d'envisager une utilisation pour le public. Le projet du futur ponton pour les recharger électriquement a ainsi été modifié après un premier rejet.

Les essais doivent se poursuivre pendant l'été sur le Léman. Suivra la phase de commercialisation pour une livraison des engins envisagée au premier trimestre 2019. Aucune date officielle de mise en service n'a toutefois été avancée.

ats/ta

Publié le 13 avril 2018 à 20:41 - Modifié le 13 avril 2018 à 22:11