Modifié le 19 mars 2018 à 10:35

Le nombre de personnes surveillées pour radicalisation à Genève a doublé

Le suivi peut aller "de la surveillance légère sur internet à la surveillance physique 24 heures sur 24, mise en place dans de rares cas à Genève", précise Pierre Maudet.
Le suivi peut aller "de la surveillance légère sur internet à la surveillance physique 24 heures sur 24, mise en place dans de rares cas à Genève", précise Pierre Maudet. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
A Genève, 86 personnes soupçonnées de radicalisation islamiste sont surveillées par la police. Ce nombre a doublé en un an, fait savoir le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet dans une interview accordée lundi à la Tribune de Genève.

Le suivi peut aller "de la surveillance légère sur internet à la surveillance physique 24 heures sur 24, mise en place dans de rares cas à Genève", précise Pierre Maudet. Le fait que le nombre de personnes suspectes ait doublé s'explique essentiellement par le relèvement du degré de vigilance, notamment en prison.

Les imams et les autres répondants des communautés musulmanes sont aussi plus attentifs à la problématique, ce qui peut aussi contribuer à augmenter le nombre d'individus qui sont soupçonnés de tomber dans la radicalisation.

Gérer le retour des djihadistes

Pierre Maudet est aussi revenu sur la gestion des retours des djihadistes en Suisse. Selon le conseiller d'Etat, il faut prévoir une prise en charge après leur détention.

"A Genève, nous avons déjà géré le retour de deux personnes. L'une d'elles a fait l'objet d'un accompagnement sur mesure qui donne plutôt de bons résultats en matière de resocialisation."

ats/cab

Publié le 19 mars 2018 à 10:32 - Modifié le 19 mars 2018 à 10:35