Modifié le 25 février 2018

Un appel à la grève pourrait perturber le travail de l'ONU mardi à Genève

Le personnel de l'ONU en crise de vocation?
Le personnel de l'ONU à Genève est appelé à arrêter le travail pour une demi-journée mardi 27 février. [Martial Trezzini - Keystone]
Le personnel de l'ONU à Genève est appelé à une demi-journée d'arrêt de travail mardi pour protester contre des coupes salariales. Cette grève interviendrait au cours d'une semaine chargée, avec des dizaines de ministres attendus.

"Nous avons tenté auparavant d'autres formes de protestation, en vain", a assuré dimanche Ian Richards, responsable du conseil de coordination des syndicats et associations du personnel de l'ONU à Genève. "Ils ne nous ont pas laissé le choix".

Selon lui, l'inconnue demeure sur le nombre exact de participants à la grève de mardi parmi les quelque 9500 employés de l'ONU à Genève ainsi que sur l'impact qu'elle pourrait avoir.

Une semaine chargée

L'arrêt de travail interviendra durant une semaine chargée: une centaine de chefs d'Etat, ministres ou représentants de divers pays sont attendus pour la 37ème session du Conseil des droits humains ou des réunions de la Conférence du désarmement.

ats/ther

Publié le 25 février 2018 - Modifié le 25 février 2018

Détérioration des conditions de travail dénoncée

Dans une lettre envoyée la semaine dernière aux responsables d'agences onusiennes, les syndicats du personnel de l'ONU à Genève ont averti que mardi ne serait qu'une première journée d'action, suivie par d'autres.

La lettre déplore une "détérioration substantielle des conditions de travail du personnel de l'ONU".

Cette lettre a été envoyée alors que le personnel a reçu des fiches de paie incluant une 1ère réduction de salaire de 3,5%. Une baisse qui doit être suivie en juin d'une autre de 5%.