Modifié le 26 janvier 2018

La grève des chirurgiens de la main genevois "prend les patients en otage"

Dominique de Sprumont, directeur adjoint de l'Institut de droit de la santé à l'Université de Neuchâtel.
Dominique Sprumont, directeur adjoint de l'Institut de droit de la santé à l'Université de Neuchâtel La Matinale / 6 min. / le 26 janvier 2018
Les chirurgiens de la main genevois ont décidé de ne plus pratiquer l'opération du tunnel carpien. Dominique Sprumont, de l'Institut de droit de la santé à l'Université de Neuchâtel, y voit une action contraire à l'intérêt des patients.

La grève menée par le groupe genevois des chirurgiens de la main, qui protestent contre le nouveau tarif Tarmed en vigueur depuis début janvier pour le remboursement des prestations ambulatoires, est "une première sous ce format-là", confirme Dominique Sprumont, directeur adjoint de l'Institut de droit de la santé à l'Université de Neuchâtel et vice-directeur de l'école suisse de santé publique, invité vendredi de La Matinale de la RTS.

Il juge surprenant que "des médecins libéraux" soient "en contradiction avec leur engagement symbolique, leur responsabilité sociale" en prenant "des patients en otage". 

Il évoque la remise en cause d'un principe éthique majeur: "ne pas nuire à son patient". Pour lui, "ce type d'action n'est pas dans l'intérêt du patient en souffrance", que l'on refuse d'opérer "pour des raisons syndicales, financières'".

>> Lire: Grève des opérations du tunnel carpien chez les chirurgiens genevois

Le médecin, un acteur économique

Dominique Sprumont souligne toutefois le fait que le médecin est un acteur économique comme un autre, qui se bat pour ses conditions de travail: "on donne le sentiment dans la LAMal que tout est négocié, que tout est négociable. Mais le point de départ, c'est qu'on annonce à un corps professionnel qu'on va lui faire baisser son salaire".

Il rejette aussi l'idée que certaines opérations sont surévaluées. "On ne peut pas parler d'une seule médecine, il y a DES médecines. La problématique de ces chirurgiens est très différente de celle des pédiatres, par exemple. Il est important de rationaliser et de s'assurer qu'il y a le moins possible de pertes d'argent".

Mais Dominique Sprumont peine à voir une action citoyenne dans cette grève. "On indique que l'on veut se battre pour la qualité des soins, et pour le faire, on arrête de fournir ces soins. Du point de vue des patients concernés, ce n'est pas forcément un signe de qualité".

Propos recueillis par Thibaut Schaller

Adaptation web: Jessica Vial

Publié le 26 janvier 2018 - Modifié le 26 janvier 2018