Modifié le 22 août 2017 à 20:55

La préférence cantonale a profité aux demandeurs d'emploi genevois

Préférence nationale à Genève: l'analyse de Gaspard Kühn
Préférence cantonale à Genève: l'analyse de Gaspard Kühn 19h30 / 2 min. / le 22 août 2017
La hausse du taux de postes vacants repourvus par des demandeurs d'emploi locaux est sensible dans le canton de Genève. Le nombre de frontaliers n'en a pas moins augmenté cette année.

A Genève, la préférence cantonale oblige l'Etat à proposer prioritairement ses postes vacants aux demandeurs d'emploi locaux depuis 2013 et les institutions de droit public et entités subventionnées depuis 2014. L'Etat de Genève a communiqué à la RTS un bilan chiffré de la directive décrétée par le conseiller d'Etat Mauro Poggia.

Selon ces chiffres, 65% des postes étatiques vacants ont été attribués à des demandeurs d'emploi basés à Genève en 2016, contre 25% en 2012. A noter que le nombre de postes vacants a été inférieur ces deux dernières années par rapport aux trois années précédentes.

Côté institutions de droit public et subventionnées, les chiffres sont en revanche restés stable, excepté un pic en 2014.

Globalement, le nombre de frontaliers a toutefois augmenté de 6% à Genève en 2016, à 86'277.

Une directive qui fait école

Des sections cantonales de l'UDC semblent inspirées par la pratique genevoise. Ainsi l’UDC valaisanne devrait décider cette semaine quand elle lancera son initiative, sans doute en fin d’année ou au début d’année prochaine. Le débat prend aussi forme dans le canton de Vaud où un postulat a été déposé.

Les UDC des cantons de Neuchâtel et du Jura avaient aussi envisagé de lancer une initiative, mais y ont pour le moment renoncé.

Gaspard Kühn/tyf

Publié le 22 août 2017 à 20:54 - Modifié le 22 août 2017 à 20:55