Modifié

Le canton de Genève confronté à l'explosion des aides aux familles

Quoi qu'il arrive, l'Etat devra prendre des mesures pour sauver la caisse de pension. [Martial Trezzini - Keystone]
Quoi qu'il arrive, l'Etat devra prendre des mesures pour sauver la caisse de pension. [Martial Trezzini - Keystone]
Le montant des prestations complémentaires destinées aux familles (PCFam) a doublé à Genève entre 2013 et 2016, à près de 20 millions de francs par an. Le Temps a consulté des documents internes pour comprendre pourquoi.

Parmi les explications de cette explosion des aides familiales figure le fait qu'à Genève, chaque nouvel enfant donne droit à davantage de PCFam et d'allocations pour le logement, explique Le Temps.

De plus, dans plusieurs cas, les bénéficiaires des PCFam frôlent la limite du revenu qui donne droit aux prestations, ce qui n'incite guère à travailler. De même que la politique du logement généreuse de la Ville de Genève qui permet aux plus défavorisés de louer un 7 pièces pour 1360 francs, contre 4000 francs sur le marché, ou un 5,5 pièces pour 906 francs, ajoute le quotidien.

99 cas identifiés

Une centaine de familles - 99 exactement - feraient partie de cette catégorie à Genève avec, pour certaines, des allocations cumulées pouvant aller jusqu'à 88'000 francs par an.

Face à cette situation, le conseiller d'Etat Mauro Poggia a mandaté une analyse des PCFam et envisage de modifier le système afin de "donner plus aux plus précaires, mais moins à d'autres".

jgal

Publié Modifié

Des prestations instaurées en 2012 qui coûtent cher

Instaurées en 2012 dans le but de sortir les gens de l'aide sociale en compensant la différence entre le fruit d'un emploi modeste et les besoins reconnus du ménage, jusqu'à un montant maximum de 70'200 francs, quel que soit le nombre d'enfants, les prestations complémentaires familles ont explosé en 2016.

Le canton de Genève a versé 19,5 millions de francs contre 11,7 millions en 2013.