Modifié le 14 décembre 2016

L'initiative genevoise sur le transport de chlore rejetée sous la Coupole

Les convois de chlore qui traversent l'Arc lémanique ressemblent à celui-ci.
L'initiative genevoise sur le transport de chlore rejetée sous la Coupole Le Journal du matin / 1 min. / le 14 décembre 2016
Le Conseil des Etats est satisfait des mesures de sécurité prises concernant le transport de chlore. Mardi, il a décidé de ne pas donner suite à une initiative du canton de Genève, qui demande d'élaborer un cadre légal.

Les sénateurs considèrent que la déclaration du 26 septembre, qui prévoit des mesures visant à améliorer la sécurité lors du transport de marchandises dangereuses, a permis de trouver des solutions adéquates. L'initiative passe au Conseil national.

Signée par des représentants des milieux économiques, des CFF et des autorités, la déclaration doit être appliqué en 2018. Genève, Vaud et le Valais se sont montrés satisfaits, y voyant un premier pas.

Réduire le risque

Elle vise à réduire le risque par dix. L'industrie a pris contact avec le producteur français pour qu'il approvisionne les exploitations du Valais par un itinéraire plus court traversant des régions moins peuplées.

Les CFF ont aussi pris des mesures fin 2015 en faisant circuler les wagons-citernes contenant du chlore à vitesse réduite à travers les agglomérations de Genève et de Lausanne. Ce train ne passe plus par la gare des marchandises de la Praille.

>> Notre infographie sur la zone à risque, réalisée avant les mesures prises fin 2015. Cliquez sur "Démarrer".

 

>> Lire l'enquête complète: En cas d'accident, un wagon de chlore menacerait 20'000 personnes. Etes-vous dans une zone à risque?

ats/vtom

Publié le 13 décembre 2016 - Modifié le 14 décembre 2016