Modifié le 08 décembre 2016 à 14:11

L'Université de Genève suspend l'instauration d'une inscription payante

Les taxes d'écolage font réagir les étudiants genevois.
L'Université de Genève suspend l'instauration d'une inscription payante Le 12h30 / 1 min. / le 08 décembre 2016
Plus d'une centaine d'étudiants ont occupé des locaux du rectorat de l'Université de Genève mercredi soir pour protester contre l'instauration d'une inscription payante prévue par le rectorat, qui cède pour l'instant.

Les nouveaux frais d'inscription décidés par le rectorat se montaient à 50 francs pour les titulaires d'un diplôme suisse et à 150 francs pour les titulaires d'un diplôme étranger. Cette introduction d'une taxe d'inscription aurait dû permettre de couvrir une partie des frais de traitement des dossiers.

Le rectorat a choisi de suspendre sa décision et de laisser le temps à un groupe de travail de proposer des solutions. La nouvelle taxe d'inscription n’entrera pas en vigueur en janvier 2017 comme prévu.

"On va voir si le groupe de travail arrive à des propositions qui nous permettent de réduire ces coûts et à une solution qui permette de résoudre le problème sans impacter trop les étudiants", détaille Jean-Marc Triscone, vice-recteur de l'Université de Genève, interrogé dans Le 12h30.

"Emoluments raisonnables"

Le représentant de l'alma mater précise que le rectorat a pensé "en toute bonne foi que ces émoluments étaient raisonnables. Manifestement cette opinion n'a pas été partagée par les associations d'étudiants. On va travailler ensemble et on va essayer de trouver une solution, j'espère pour avril 2017."

Jean-Marc Triscone tempère ainsi la victoire des étudiants, car une solution reste à trouver. "Je pense qu'on a été sensible à leurs arguments. Si on trouve des solutions qui nous permettent de résoudre le problème sans avoir besoin de toucher à ces émoluments, on sera content des deux côtés."

Camille Degott/lgr

Publié le 08 décembre 2016 à 12:51 - Modifié le 08 décembre 2016 à 14:11