Modifié

Des "scan cars" traquent les mauvais payeurs sur les parkings genevois

GE: des scan-cars identifient désormais les véhicules en infraction de stationnement [RTS]
GE: des Scan Cars identifient désormais les véhicules en infraction de stationnement / 19h30 / 2 min. / le 31 octobre 2016
La Fondation des parkings de Genève teste en première suisse des "scan cars" dotées de 20 caméras. Leur rôle: photographier les plaques d'immatriculation des véhicules et signaler les infractions aux agents sur le terrain.

Ce système, testé du 17 octobre au 25 novembre en zone blanche et zone bleue à macarons en ville de Genève, représente un important gain de temps, alors qu'actuellement, seuls 20% des véhicules y sont contrôlés quotidiennement.

"On est beaucoup plus efficaces dans notre travail. On arrive directement sur un véhicule qui a des raisons d'être contrôlé", explique un agent du Service du stationnement genevois.

Cette première en Suisse est rendue possible notamment grâce à de nouveaux horodateurs connectés.

Deux utilisateurs sur trois ne paient pas

A Genève, deux utilisateurs sur trois ne paient pas leur place de parc, et les usagers "illicites" consomment 75% de l'offre de stationnement, estime la Fondation des parkings. Avec ce nouvel outil, elle espère inverser la tendance.

"Ce n'est pas uniquement une machine à fric. Nous avons la tâche de contrôler les parkings payants, il y a une évolution technologique dans ce domaine, c'est normal que l'on soit plus performants si on peut l'être", explique Jean-Yves Goumaz, directeur de la Fondation des parkings de Genève.

Identité des contrevenants pas dévoilée

Mais la "scan car", qui prend près de 1200 photos chaque heure, soulève la question de la protection des données. Or, la Fondation des parkings assure qu'il n'est pas question de conserver les clichés ou de dévoiler les identités aux patrouilleurs.

Aujourd'hui, nous n'avons pas accès aux personnes qui sont derrière la plaque.

Jean-Yves Goumaz, directeur de la Fondation des parkings de Genève

A terme, cinq véhicules et plusieurs scooters dotés de la même technologie devraient patrouiller quotidiennement dans les rues de Genève. Et d'autres changements comme la suppression totale des tickets papier ou la prolongation de la durée de parking par SMS sont à venir.

Julien von Roten/jvia

Publié Modifié

Déjà testée ailleurs en Europe

Le système de Scan Car est déjà opérationnel dans plusieurs villes européennes, qui confirment que l’augmentation significative du nombre de contrôles incite les usagers à payer plus fréquemment et plus régulièrement les taxes de stationnement.

Ainsi, après trois mois d’utilisation de la Scan Car, la Ville d'Utrecht, aux Pays-Bas, a constaté une augmentation d’environ 30% du nombre de paiements.