Modifié le 07 septembre 2016

La féministe socialiste genevoise Amélia Christinat s'est éteinte à 90 ans

Amélia Christinat (droite) console Christiane Brunner après sa non élection au Conseil fédéral en mars 1993.
Amélia Christinat (droite) console Christiane Brunner après sa non élection au Conseil fédéral en mars 1993. [KEYSTONE]
Figure du socialisme et du féminisme suisse, Amélia Christinat est décédée mercredi à l'âge de 90 ans. La Genevoise d'origine tessinoise a siégé au Conseil national de 1978 à 1987.

Amélia Christinat s'est engagée tout au long de sa vie pour le vote des femmes à tous les niveaux, a fait savoir le parti socialiste genevois dans un communiqué.

Elle a été élue au Conseil municipal de la Ville de Genève en 1967, avant de siéger au Grand Conseil genevois de 1969 à 1980.

En 1978, elle est l'une des premières femmes élues au Conseil national. Les socialistes genevois rappellent l'émotion qui avait saisi Amélia Christinat lorsque l'Assemblée fédérale avait préféré élire au Conseil fédéral Otto Stich plutôt que Lilian Uchtenhagen, en 1983.

Engagement au sein de la société civile

Le parti socialiste genevois a aussi salué l'engagement d'Amélia Christinat au sein de la société civile. La militante socialiste a notamment participé à la création de la Fédération romande des consommatrices (FRC) et s'est battue en tant que syndicaliste.

Elle a aussi lutté en faveur de l'assurance maternité.

ats/ptur

Publié le 07 septembre 2016 - Modifié le 07 septembre 2016