Modifié

Cinq détenus qui se plaignaient de la détention à Champ-Dollon déboutés

Une cellule de la prison de Champ-Dollon. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Une cellule de la prison de Champ-Dollon. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Le Tribunal fédéral (TF) a écarté coup sur coup plusieurs recours de détenus de Champ-Dollon. Cinq prisonniers s'étaient plaints de leurs conditions de détention préventive dénonçant l'exiguïté des cellules.

Condamné à quatre ans prison pour brigandage, violation de domicile et dommages à la propriété, l'un d'eux avait demandé une réduction de peine ou une réparation pour tort moral de 30'400 francs.

Un autre prisonnier avait sollicité une réduction de peine de 660 jours ou une indemnité pour tort moral de 66'000 francs. Il affirmait avoir subi 220 jours de détention préventive dans des conditions illicites.

Requête "tardive"

Comme il ne s'était plaint de ses conditions de détention qu'après le verdict qui l'avait condamné à une peine de prison, le Tribunal d'application des peines et des mesures avait jugé sa demande "tardive" et par conséquent irrecevable.

En dernière instance, le TF confirme cette décision et les refus opposés aux quatre autres détenus par la justice genevoise. Il souligne que sa jurisprudence exclut "que le constat de conditions de détention illicites avant jugement puisse déboucher, après l'entrée en force du jugement pénal, sur une modification de celui-ci ".

ats/vkiss

Publié Modifié

Précédentes requêtes admises

A plusieurs reprises, ces derniers mois, le TF avait accepté des requêtes émanant de détenus ou d'ex-détenus de Champ-Dollon placés dans des cellules où ils disposaient de moins de 4m2 chacun.

En juillet dernier, il avait également partiellement admis le recours d'un détenu qui s'était plaint de l'exiguïté de sa cellule à la prison lausannoise de Bois-Mermet. L'affaire a été soumise aux autorités vaudoises pour complément d'examen.