Modifié le 01 juin 2016

Une nouvelle étape franchie pour la future plage des Eaux-Vives, à Genève

La rade de Genève depuis les Eaux-vives.
L'horizon s'éclaircit pour le projet de plage des Eaux-Vives. [Fabien KERNEN - vosinfos]
Le Conseil d'Etat genevois a adopté le projet de loi relatif à la modification de zone pour la future plage des Eaux-Vives. Il s'attend à une décision positive du Grand Conseil en automne.

L'urgence sera demandée jeudi, lors de la session parlementaire, afin que ce projet de loi modifiant la loi sur la protection générale des rives du lac soit immédiatement envoyé en commission, a indiqué mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, en charge de l'Aménagement.

Selon lui, cette modification permet de synthétiser les processus de concertation.

Impacts réduits

Pour mémoire, le projet initial de plage des Eaux-Vives a été revu à la suite d'un arrêt du Tribunal administratif de première instance qui donnait raison au WWF. Le projet respecte désormais les procédures en matière d'aménagement du territoire.

En outre, l'impact des remblais sur le lac a été réduit au maximum, afin de respecter le patrimoine naturel, a fait savoir le magistrat.

Le WWF a donné son accord à la nouvelle mouture du projet, qui a été préavisé favorablement par la Commission fédérale pour la nature et le paysage, ainsi que par les communes riveraines de Genève et Cologny.

ats/sbad

Publié le 01 juin 2016 - Modifié le 01 juin 2016

Ouverture prévue pour l'été 2019

"Un bon nombre de conditions sont remplies pour raisonnablement affirmer que la baignade sera possible à l'horizon 2019", a relevé le conseiller d'Etat Luc Barthassat, en charge de l'Environnement.

Une fois la modification de zone adoptée par le Grand Conseil, le canton déposera une demande d'autorisation de construire. Malgré le travail rigoureux des services de l'Etat, des recours sont possibles, a précisé Antonio Hodgers.

Afin de limiter la quantité de remblais versés dans le lac, un plan d'eau intérieur triangulaire d'environ 1,8 hectare, avec une roselière, sera créé entre la rive et la plage. L'Etat estime que ce "jardin d'eau" représente un vrai progrès du point de vue de la nature.

Le canton construira un nouveau port public doté de 226 places d'amarrage, 245 places pour les dériveurs et six cabanes pour les pêcheurs professionnels.

Financement déjà assuré

Le financement de la plage est déjà assuré par un crédit d'investissement de 60 millions de francs adopté à l'unanimité par le Parlement en décembre 2009. Le projet comprend une grève de sable et galets de 460 m de long sur 65 m de large sur la rive gauche de la rade de Genève, entre Baby-Plage et le Port-Noir, des vestiaires et sanitaires.