Publié le 02 mars 2016 à 11:57

Mesures d'économies pour les futures gares du CEVA à Genève

Images de synthèse de la future gare de Genève-Eaux-Vives présentées au public lors de la journée portes ouvertes du 26 septembre 2015
Images de synthèse de la future gare de Genève-Eaux-Vives présentées au public lors de la journée portes ouvertes du 26 septembre 2015 [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Pour limiter les risques de surcoût à la construction des gares du CEVA, une partie des briques en verre prévues seront remplacées par d'autres éléments moins onéreux, révèle mercredi La Tribune de Genève.

Le projet architectural initial des gares du CEVA à Genève, confié en 2004 à l'architecte Jean Nouvel et à d'autres partenaires, faisait une large place à d'innovants éléments de verre.

Ces derniers devaient servir de planchers, de plafonds ou de parois et devaient être constitués de rectangles transparents de 5,4 mètres par 2,7 pour une profondeur de 47 centimètres, rappelle le quotidien genevois.

Important risque de surcoût

Ces briques, imaginées pour le CEVA, n'existent toutefois pas sur le marché et doivent être produites spécifiquement. Selon une estimation datant de fin 2013, le risque maximal de surcoût pour ce poste était estimé à 7,8 millions de francs au maximum.

A fin 2014 toutefois, ce chiffre était nettement revu à la hausse pour arriver à 45 millions de francs, soit près d'un quart des risques totaux, estimés eux à 206,5 millions de francs pour un budget global de 1,567 milliard.

Près d'un tiers des 1500 briques initialement prévues ne seront pas réalisées.

ebz

Publié le 02 mars 2016 à 11:57