Modifié

Un oui aux Vernets, Genève se prononçait sur huit objets cantonaux

La caserne des Vernets est l'un des 8 objets sur lesquels les Genevois se prononcent dimanche. [Martial Trezzini - Keystone]
La caserne des Vernets est l'un des 8 objets sur lesquels les Genevois se prononcent dimanche. [Martial Trezzini - Keystone]
Les Genevois ont largement accepté dimanche un crédit de 20,87 millions pour construire une nouvelle caserne à Meyrin-Mategnin. L'initiative et le contre-projet sur les allègements fiscaux pour les entreprises sont par contre refusés.

Le crédit d'ouvrage de 20,87 millions de francs pour la reconstruction d'un bâtiment de stationnement des troupes militaires sur le site de Meyrin-Mategnin, permettant la libération de la caserne des Vernets, a été largement accepté à 68,51% des voix.

Ce résultat montre que les Genevois veulent une politique du logement offensive, a relevé le chef du Département du logement Antonio Hodgers, très satisfait de ce "plébiscite". "Ce vote n'était pas un vote pro ou anti-armée, mais un vote pro-logement", a-t-il souligné.

Le comité référendaire "Non à des nouvelles casernes" estimait que le canton ne devrait pas avoir à payer pour le relogement de l'armée à Meyrin-Mategnin. "Les infrastructures militaires ont toujours été à la charge de la Confédération. Le Conseil d'Etat aurait dû négocier", avait déclaré lors de la campagne Amanda Gavilanes, secrétaire générale du GSsA.

Face aux opposants se dressait un comité de campagne rassemblant des représentants de tous les partis, sauf Ensemble à Gauche. Selon ce comité, le déménagement de l'armée permettra d'offrir 1500 appartements au centre-ville.

Une clause de sortie anticipée permet au canton de reprendre la parcelle des Vernets, pour autant qu'il offre des installations équivalentes ailleurs.

Allègements fiscaux

L'initiative du Parti socialiste "Pas de cadeaux aux multinationales" réclamant la suppression des allègements fiscaux pour les entreprises est refusée à 58,84% des voix.

Mais le contre-projet du Conseil d'Etat, qui parlait du texte de l'initiative comme d'un texte "masochiste" car il s'en prenait à un instrument de promotion économique qui favorise la création, l'implantation et la restructuration d'entreprises, tout en garantissant une économie diversifiée, est lui aussi refusé à 50,30% des voix.

Si les deux objets avaient dû passer, le tout se serait joué à la réponse à la question subsidiaire pour laquelle les citoyens ont préféré le contre-projet du Conseil d'Etat à 60,55% des voix.

Un peu plus de quarante entreprises bénéficient à Genève d'un allègement fiscal accordé directement par le gouvernement cantonal pour une période de dix ans. Or, le nom des sociétés concernées - principalement suisses - demeure confidentiel, regrettent la gauche et les syndicats, pour qui ce manque de transparence persiste dans le contre-projet.

La Cour des comptes révisera les comptes de l'Etat

La Cour des comptes sera l'organe de révision des comptes de l'Etat. Le peuple a largement accepté dimanche une modification constitutionnelle qui attribue exclusivement cette compétence à la Cour des comptes.

Cette nouvelle disposition est acceptée par 64,24%. La Constitution attribuait jusqu'à présent la révision à un organe externe et indépendant désigné par le Parlement. Il pouvait déjà s'agir de la Cour des comptes. La majorité du Grand Conseil a préféré donner cette compétence seulement à la Cour des Comptes.

Pour une partie de la droite, ce système revient moins cher, alors que pour l'extrême-gauche, il est inconcevable de laisser cette prérogative à des multinationales. Le Conseil d'Etat était quant à lui opposé à cette modification constitutionnelle. Il préférait laisser le choix au Grand Conseil plutôt que d'imposer une solution.

Les autres objets

Les Genevois ont accepté deux des trois coupes budgétaires du gouvernement.

 Ils ont dit oui aux révisions des barèmes de subvention des locataires (52,02%) et des subsides d'assurance-maladie (50,26%). Mais ils ont refusé à 55,88% la baisse des prestations complémentaires.

Prévues lors de l'élaboration du budget 2015 du canton de Genève, l'ensemble de ces coupes devaient rapporter 14 millions de francs d'économies environ. Celles-ci se monteront désormais à 10 millions environ. Ces mesures étaient combattues par voie référendaire par les associations de défense des aînés (AVIVO) et des locataires (ASLOCA).

sbad

Publié Modifié

Les premières réactions sur Twitter

Le Conseiller d'Etat vert Antonio Hodgers se félicite de l'acceptation de la libération du site des Vernets:




Même avis pour le président du PBD genevois, Charles Piguet:



Le conseiller national socialiste Carlo Sommaruga se réjouit du taux de 40% de Genvois qui a suivi l'initiative socialiste "Pas de cadeaux aux multinationales":