Modifié le 29 février 2016 à 23:08

Les Genevois refusent la rénovation du Musée d'art et d'histoire

Sami Kanaan.
Développement 6 Forum / 7 min. / le 28 février 2016
Les citoyens de la Ville de Genève ont refusé dimanche à 54,34% des voix le projet de rénovation et d'agrandissement du bâtiment abritant le Musée d'art et d'histoire, selon les résultats définitifs.

Les Genevois n'ont donc pas suivi le Conseil municipal qui avait voté en mai 2015 le crédit pour la rénovation pour un montant total brut de 131 millions de francs destiné au projet de l'architecte français Jean Nouvel.

"Le Conseil administratif prend acte avec regret de ce résultat", a déclaré dimanche devant les médias Sami Kanaan, magistrat en charge de la Culture.

L'exécutif municipal promet de se remettre au travail comme il l'avait fait pour le projet du Musée d'ethnographie, refusé une première fois par le souverain en 2001. En l'absence de plan B pour le bâtiment centenaire du MAH, il faudra partir de zéro.

Une feuille de route pour un nouveau projet, tenant compte des critiques, sera présentée avant l'été, a assuré Sami Kanaan. Sami Kanaan craint aussi que le "non" de dimanche ne soit peut-être mal compris par les mécènes. "Il faudra leur redonner confiance".

Manque de transparence

Le montant de 131 millions était constitué de 67 millions de francs d'apports de différents partenaires privés, dont la fondation de l'homme d'affaires Jean-Claude Gandur, et de 64 millions à la charge de la collectivité publique. En échange des 20 à 40 millions de Jean-Claude Gandur, le MAH aurait dû exposer pendant 99 ans une partie de ses collections d'antiquités et de peinture.

La convention entre la Ville de Genève et le mécène était critiquée par l'UDC et Ensemble à Gauche pour son manque de transparence.

Le comité référendaire, composé des associations patrimoniales, d'Ensemble à gauche, de l'UDC et des Vert'libéraux, avait réuni un nombre suffisant de signatures pour obliger les Genevois à se prononcer. Le projet était défendu par une large coalition réunissant les autorités cantonales et communales, le PS, le PLR, le MCG et le PDC.

L'affection des Genevois pour le musée

Sur RTS La Première, Martine Brunschwig-Graf, présidente de la Fondation pour l'agrandissement du musée, prend acte de la décision populaire et explique que la prochaine étape consistera à rendre les fonds de quelque 11 millions qui avaient été favorablement pré-engagés pour le projet.

"Je suis très déçue et je ne peux pas me prononcer sur un plan-B pour le moment", a-t-elle estimé. Elle a aussi rappelé que le musée a toujours besoin d'une rénovation et d'être agrandi et que le non aujourd'hui ne résout pas le problème.

Maria Perez, d'Ensemble à Gauche, estime que le "non montre l'affection des Genevois pour le musée". "J'espère que la Ville et l'Etat feront dorénavant des partenariats public-privé plus transparents", a-t-elle poursuivi.

>> Ecoutez le débat entre Martine Brunschwig-Graf et Maria Perez (EaG):

Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme.
Peter Schneider - Keystone
Emission spéciale de l'Info - Publié le 28 février 2016

Le dessinateur genevois Chappatte a pour sa part immédiatement "croqué" ce refus sur Twitter:

Le PS genevois "déçu"

Le Parti socialiste de la Ville de Genève a dit "regretter ce refus et prendre acte de la décision populaire" dans un communiqué.

Pour autant, le PS "ne considère pas ce vote comme un rejet du MAH" mais l'intensité des débats a bel et bien montré l'attachement des Genevois au musée, note-t-il. Le parti s'inquiète de l'état actuel du musée mais reste optimiste pour l'avenir.

>> Les résultats par quartiers:

Les résultats sur le Musée d'art et d'histoire par quartiers.
Les résultats sur le Musée d'art et d'histoire par quartiers. [Chancellerie de Genève - DR]
 

vkiss/sbad

Publié le 28 février 2016 à 12:06 - Modifié le 29 février 2016 à 23:08

Construit entre 1903 et 1910

Construit entre 1903 et 1910, le bâtiment qui abrite le Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève n'avait fait l'objet depuis lors que de travaux d'entretien courant, mais il n'a jamais été rénové complètement.

Selon le Conseil administratif de la Ville de Genève et le Conseil d'Etat, il avait besoin de travaux rapidement.

Les premières réactions sur Twitter

Le président du PBD Genève a estimé que les citoyens ont fait une erreur:



Le secrétaire romand du PLR laisse aussi entendre son mécontentement face au résultat:






L'ancien maire de Veyrier est au contraire positif:



Tout comme le vert Robert Cramer: