Modifié le 15 février 2016 à 16:32

L'alternative des opposants à la rénovation du Musée d'art et d'histoire de Genève

Le Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH).
La rénovation et l'extension du Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH), objet de votation le 28 février. [Martial Trezzini - Keystone]
A quelques jours de la votation communale du 28 février sur le projet de rénovation et d'extension du Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève, les opposants présentent leur plan alternatif.

Planning à l'appui, les opposants au MAH estiment que le projet pourrait débuter dans deux ans et être réalisé en dix ans maximum. Le magistrat en charge de la Culture en Ville de Genève affirme qu'il faudra attendre 20 ou 30 ans, a critiqué lundi l'architecte Marcellin Barthassat, membre de Patrimoine suisse Genève et du comité référendaire "Non au saccage de notre patrimoine public". Mais en cas de non, les autorités municipales devront s'engager à élaborer un nouveau projet, a-t-il relevé.

"Esprit de concertation"

Le comité d'opposition estime que la campagne de votation comporte un capital pour repartir d'une manière plus concertée en cas de refus du crédit de rénovation et d'extension. Un comité de pilotage, comprenant tous les partenaires dans un esprit de concertation, devra alors être mis en place afin de lancer les travaux de rénovation du MAH dans un délai de deux ans.

Or, le traitement par la justice des deux recours de Patrimoine suisse Genève pourrait durer encore deux ans, avec le risque de voir l'autorisation de construire annulée, selon le comité. En outre, les opposants demandent au Service de surveillance des communes d'invalider la convention révisée liant la Ville à la Fondation Gandur pour l'Art.

Pour une ouverture pendant les travaux

Pour le comité, le MAH devra impérativement rester ouvert pendant les travaux de rénovation, alors que le projet actuel prévoit sa fermeture pendant six ans, déplore Marcellin Barthassat. En parallèle à cette première phase, qui devrait se terminer en 2021, la Ville devra négocier avec le canton pour récupérer le bâtiment voisin occupé par la Haute école d'art et de design et ainsi agrandir le MAH.

Enfin, la troisième phase du projet alternatif prévoit le lancement d'un "véritable" concours international d'architecture pour l'extension du musée sur la butte de l'Observatoire adjacente, pour autant que le financement existe. Le MAH gagnerait au total 31'000 m2 de surfaces supplémentaires. En comptant trois ans de travaux, l'ensemble du projet prendrait ainsi dix ans.

ats/gax

Publié le 15 février 2016 à 16:23 - Modifié le 15 février 2016 à 16:32