Modifié

Un cadre de la police sous enquête après la manif sauvage à Genève

Un policier examine la façade du Grand Théâtre de Genève souillée de tags, 20.12.2015. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Un cadre de la police sous enquête après la manif sauvage à Genève / Le 12h30 / 59 sec. / le 5 février 2016
La manifestation sauvage qui s'est déroulée en décembre à Genève fait une première victime au sein de la police genevoise. Le chef des opérations a été provisoirement suspendu de ses fonctions.

Christian Cudré-Mauroux fait l'objet d'une enquête administrative. L'information, révélée vendredi par la Tribune de Genève, a été confirmée par le Département de la sécurité et de l'économie (DSE).

Le chef des opérations, qui est un haut cadre de longue date de la police genevoise, sera suspendu de ses fonctions le temps de l'enquête.

Casse et vandalisme

La protestation sauvage avait eu lieu dans la nuit du 19 au 20 décembre. Le cortège non autorisé de 400 personnes manifestait en faveur de la culture alternative et contre les coupes budgétaires la visant. Une quarantaine de casseurs du Black Bloc avaient participé au cortège.

Ils s'en étaient pris à des commerces et avaient vandalisé la façade du Grand Théâtre, en l'aspergeant d'huile de vidange. La retenue de la police face aux casseurs avait suscité une vaste polémique à Genève. Le Grand Conseil s'était même saisi de l'affaire, mais avait refusé la création d'une commission d'enquête parlementaire.

ats/tmun

Publié Modifié