Modifié le 15 février 2016 à 16:30

La rénovation du Musée d'art et d'histoire soumise aux Genevois

Le Musée d'art et d'histoire, photographié le 13 janvier dernier.
Le Musée d'art et d'histoire, photographié le 13 janvier dernier. [Martial Trezzini - Keystone]
Les citoyens de la Ville de Genève doivent se prononcer le 28 février sur le référendum déposé contre le projet de rénovation et d'agrandissement du bâtiment abritant le Musée d'art et d'histoire.

Construit entre 1903 et 1910, le bâtiment qui abrite le Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève n'a fait l'objet depuis lors que de travaux d'entretien courant, mais il n'a jamais été rénové complètement.

Selon le Conseil administratif de la Ville de Genève et le Conseil d'Etat, il a besoin de travaux rapidement. Le crédit pour sa rénovation a été voté par le Conseil municipal de Genève en mai 2015 pour un montant total brut de 131 millions de francs. Celui-ci est constitué de 67 millions de francs d'apports de différents partenaires privés et de 64 millions à la charge de la collectivité publique.

Un comité référendaire composé des associations patrimoniales, d'Ensemble à gauche, de l'UDC et des Vert'libéraux a réuni un nombre suffisant de signatures pour obliger les Genevois à se prononcer. Les défenseurs du projet représentent eux une large coalition réunissant les autorités cantonales et communales, le PS, le PLR, le MCG et le PDC.

"Un délabrement indigne"

Pour les autorités, le bâtiment est "dans un état de délabrement indigne de notre ville". De récentes infiltrations d'eau ont récemment nécessité le déplacement d'oeuvres et des travaux d'isolation en urgence.

Les installations techniques sont aussi jugées vétustes et le musée a dû être fermé à plusieurs reprises durant l'été dernier quand des températures supérieures à 40 degrés ont été mesurées.

L'agrandissement du musée est également une nécessité réelle, rappellent les autorités. "Dès son inauguration, le musée s'est trouvé à l'étroit dans ses murs, puisque les collections ethnographiques ont rapidement été déplacées dans un musée ad hoc", expliquent-elles.

"Trop cher et bling-bling"

S'ils s'accordent sur l'idée de rénover le MAH, les opposants dénoncent eux un projet "destructeur, trop cher, pour une politique bling-bling". Ils évoquent ainsi un projet 14 fois plus cher que prévu initialement,

Ils regrettent aussi les contours du projet dessiné par l'architecte Jean Nouvel qui "défigure" un monument plus que centenaire et classé au patrimoine genevois. Ils dénoncent ainsi le remplissage de la cour intérieure de l’édifice, la disparition du portique et la dénaturation du style beaux arts, le tout pour un gain en surface dérisoire.

Les opposants critiquent enfin la privatisation d'un bien public via une convention de partenariat public-privé, avec laquelle il est impossible de prévoir ce que cela va réellement coûter à la collectivité.

Voir aussi la brochure explicative des autorités.

boi

Publié le 26 janvier 2016 à 15:57 - Modifié le 15 février 2016 à 16:30