Modifié le 13 novembre 2015 à 08:40

Les fonctionnaires genevois arrêtent la grève mais se mobilisent

Mercredi, des milliers de fonctionnaires étaient descendus dans la rue à Genève.
Mercredi, des milliers de fonctionnaires étaient descendus dans la rue à Genève. [Martial Trezzini - ]
Les fonctionnaires genevois ont choisi de ne pas reconduire la grève pour un 4e jour mais menacent de débrayer le 1er décembre. Plus de 7000 d'entre eux ont manifesté sous les fenêtres du Grand Conseil.

Les employés de la fonction publique genevoise ont toutefois voté un préavis de grève pour le 1er décembre. L'assemblée du personnel a décidé jeudi de suspendre la grève et a fixé un préavis pour le mardi 1er décembre, reconductible le jeudi 3 décembre.

Seuls les enseignants du cycle d'orientation et le Service de protection des mineurs (SPMi) étaient prêts à reconduire la grève vendredi. Pour le personnel des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), de l'Hospice général et de l'enseignement au post-obligatoire, maintenir le mouvement n'était plus possible.

"Arrêter pour mieux recommencer"

"Il est temps aujourd'hui de suspendre la grève pour mieux la recommencer", a déclaré Marc Simeth, président du Cartel intersyndical de la fonction publique.

A défaut de reconduire la grève, les enseignants du cycle d'orientation ont annoncé des actions ponctuelles pour maintenir la mobilisation. Ils ont décidé de boycotter les festivités de l'Escalade, et si nécessaire les voyages d'étude et les camps de ski. Ils ont aussi décidé de ne pas remettre les notes des élèves.

Une nouvelle assemblée générale a été fixée le 25 novembre afin de préparer la grève de décembre.

Députés du Grand Conseil hués

Cette assemblée a été suivie par une manifestation jusqu'à l'Hôtel-de-Ville où siégeait le Grand Conseil. Le cortège a rassemblé 7300 personnes selon les syndicats, 7000 selon la police. Les manifestants ont hué les députés de droite qui rentraient dans le bâtiment.

Le Grand Conseil doit se prononcer sur un projet de loi de la droite qui vise à renforcer le frein à l'endettement (voir encadré). Le référendum a déjà été annoncé contre un texte "détestable" pour la fonction publique.

ats/mac

Publié le 12 novembre 2015 à 14:55 - Modifié le 13 novembre 2015 à 08:40

Les grévistes s'opposent aux mesures d'économies

Le personnel de l'Etat proteste contre la volonté du gouvernement de réduire la masse salariale de la fonction publique de 5% en trois ans. Pour parvenir à ce but, l'exécutif cantonal envisage notamment d'augmenter le temps de travail hebdomadaire de 40 à 42 heures, de geler les embauches et de bloquer l'annuité.

Les tentatives de négociation ont échoué jusqu'à présent.

Mouvement largement suivie

Débutée mardi, la grève de la fonction publique a été largement suivie. Une première manifestation a rassemblé près de 10'000 personnes dans les rues. Le mouvement a été reconduit mercredi. Les manifestants, rejoints par les maçons en colère, avaient bloqué le Pont du Mont-Blanc. Ils étaient environ 7500 au total.