Modifié le 05 novembre 2015 à 08:43

Un compromis sur la politique des transports a été trouvé à Genève

GE: la commission des transports présente son projet
GE: la commission des transports présente son projet Couleurs locales / 2 min. / le 04 novembre 2015
Un compromis a été trouvé pour mettre fin à la guerre des transports à Genève. Le projet a été adopté mardi soir à une large majorité par la commission des transports du Grand Conseil.

"Un cessez-le-feu a été signé hier soir", a annoncé mercredi le député MCG Pascal Spühler, président de la commission. Le compromis sort de l'opposition idéologique gauche-droite pour offrir un système de mobilité cohérent qui prend en compte l'ensemble des modes de transport, s'est félicité le PLR Daniel Zaugg.

Les partis ont reconnu avoir fait des concessions. L'objectif est d'optimiser les modes de déplacements, pour fluidifier la circulation et éviter le trafic de transit. A cette fin, la moyenne ceinture du canton, qui inclut le pont du Mont-Blanc, doit être rendue plus homogène et lisible.

Plusieurs mesures au centre

La mobilité douce sera favorisée au centre. Des axes urbains à vitesse variable en fonction du trafic seront instaurés, des zones 30 km/h seront crées et des bus à haut niveau de service introduits.

Ce texte est le contre-projet à l'initiative constitutionnelle écologiste "Pour des transports publics plus rapides!".  Il devra encore passer le cap de la plénière le 3 décembre.

>> Les explications de Joël Boissard dans le 12h45:

GE: un projet pour améliorer la circulation a été présenté
12h45 - Publié le 04 novembre 2015

ats/fisf

Publié le 04 novembre 2015 à 15:07 - Modifié le 05 novembre 2015 à 08:43

Stationnement payant pour les deux-roues

Le texte prévoit encore de faire payer le stationnement aux deux-roues motorisés par le biais de macarons. Les recettes financeront de nouvelles places.

Afin de favoriser la fluidité du trafic, il permet aussi de déroger au principe de compensation des places de stationnement, un sujet qui a fait l'objet de vifs débats par le passé au bout du lac.