Modifié

Les mères des jeunes Israéliens disparus en visite à l'ONU à Genève

Les mères des trois jeunes israéliens disparus se sont exprimées à Genève devant le Conseil des droits de l'homme. [Martial Trezzini - Keystone]
Les mères des trois jeunes israéliens disparus se sont exprimées à Genève devant le Conseil des droits de l'homme. [Martial Trezzini - Keystone]
Présentes à Genève, les mères des trois adolescents enlevés le 12 juin en Cisjordanie ont témoigné mardi devant le Conseil des droits de l'homme à l'ONU. Elles ont demandé qu'on leur rende leurs enfants.

"Douze jours après, nous n'avons aucun signe de vie", a déclaré devant le Conseil des droits de l'homme Rachel Frankel, la mère de l'un des trois jeunes israéliens disparu près de Gush Etzion, une colonie au sud de Jérusalem.

S'exprimant à la place d'UN Watch, Rachel Frankel accompagnée des deux autres mères a remercié tous ceux qui ont condamné l'enlèvement, dont le secrétaire général de l'ONU, et rappelé au Conseil qu'il a pour mission de défendre tous les droits de l'homme.

Visite au CICR

Les trois femmes doivent aussi se rendre au siège du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Genève. Le 15 juin, l'institution avait appelé à la libération immédiate des trois jeunes. Elle avait offert ses services comme intermédiaire neutre, sur une base strictement humanitaire.

Le CICR avait aussi rappelé que le droit international humanitaire interdit tout enlèvement et prise d'otages et que les prisonniers doivent être traités humainement, leur vie protégée et respectée.

ats fisfi

Publié Modifié

De vastes opérations de recherche

Depuis l'enlèvement le 12 juin, l'armée israélienne a monté une vaste opération de recherches dans la région de Hébron et les territoires palestiniens.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé le mouvement palestinien Hamas d'avoir enlevé les trois jeunes Israéliens.

Le Hamas dit ne pas avoir d'informations

Le chef du Hamas Khaled Mechaal a affirmé dans une interviewne pas avoir d'informations sur les trois adolescents israéliens que son groupe est accusé d'avoir enlevés en Cisjordanie.

Mais il a ajouté que s'il s'avérait que les Israéliens disparus avaient été kidnappés, "cela serait une réaction logique et naturelle aux violations des forces d'occupation" israéliennes.