Modifié le 21 mai 2013 à 18:57

Les Genevois voteront sur une traversée sous-lacustre de la rade

Selon l'étude, près d’un employé international sur 2 (45%) habite en France voisine ou dans le canton de Vaud à cause de la difficulté de se loger à Genève.
L'UDC genevoise demande une traversée sous-lacustre de la rade d'ici 20120. [ - Laurent Gilliéron]
Le Grand Conseil genevois a validé le texte de l'initiative de l'UDC qui demande la construction d'une traversée sous-lacustre de la rade de Genève d'ici 2020.

Les Genevois se prononceront sur la traversée de la rade par un tunnel. Le Grand Conseil a accepté jeudi soir la recevabilité totale de l'initiative UDC.

L'issue n'était de loin pas certaine dans la mesure où en commission législative une majorité s'était dégagée pour une invalidation partielle du texte.

Le débat sur le fond se poursuivra en commission des transports à laquelle cette initiative a été renvoyée. Un contre-projet pourrait être proposé. Vu la procédure législative en cours, un vote populaire avant une année n'est pas envisageable.

Traversées complémentaires

L'initiative de l'UDC a récolté 13'623 signatures. Elle prévoit la construction d'un tunnel entre l'avenue de France et le Port-Noir. Cette traversée urbaine qui coûterait au total environ 900 millions de francs est complémentaire avec la traversée du lac plus en amont soutenue par le Conseil d'Etat, estime l'UDC.

La conseillère d'Etat en charge de la mobilité Michèle Künzler a rappelé jeudi soir la préférence du Conseil d'Etat pour cette grande traversée qui pour l'instant n'a pas les faveurs de la Confédération. Elle a mis en garde contre les difficultés financières pour réaliser le projet de l'UDC.

ats/pym

Publié le 17 mai 2013 à 07:32 - Modifié le 21 mai 2013 à 18:57