Modifié le 05 mars 2013 à 12:55

Les Genevois acceptent la baisse des tarifs des TPG

L'initiative contre la hausse des tarifs des TPG et le regroupement des caisses de prévoyances de l'Etat de Genève sont soumis au vote populaire le dimanche 3 mars à Genève.
L'initiative contre la hausse des tarifs des TPG et le regroupement des caisses de prévoyances de l'Etat de Genève sont soumis au vote populaire le dimanche 3 mars à Genève. [Martial Trezzini - ]
Les Genevois ont accepté dimanche l'initiative populaire "Stop aux hausses des tarifs des transports publics genevois" (55,9%) et la loi instituant la caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (75,1%).

Les Genevois ont accepté dimanche à 55,9% l'initiative populaire "Stop aux hausses des tarifs des transports publics genevois" et à 75,1% la loi instituant la caisse de prévoyance de l'Etat, selon des résultats définitifs.

Avec une participation à 46,5%, ce oui net sorti des urnes institue la nouvelle Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (CPEG), résultat de la fusion de la caisse de l'administration et du corps enseignant (CIA) et de celle du personnel hospitalier (CEH). Le coût de l'opération s'élève à 6,3 milliards de francs pour la collectivité, répartis sur 40 ans.

Assainissement des caisses de pension

Dans ce dossier aux enjeux financiers et politiques considérables, le canton ne disposait pas d'une grande marge de manoeuvre. Il doit se plier aux exigences fédérales qui imposent aux caisses publiques un taux de couverture de 80% d'ici 40 ans. Or, la CIA et la CEH sont loin du compte avec des taux atteignant respectivement 48% et 61%.

Le plan d'assainissement des deux institutions, approuvé par le Grand Conseil, répartit les sacrifices entre l'Etat et les fonctionnaires. Alors que la collectivité s'engage à verser 6,3 milliards de francs sur 40 ans, les assurés travailleront plus longtemps pour des rentes plus basses. Les cotisations vont également connaître une hausse. Le plan d'assainissement n'affecte cependant pas la clé de répartition de la prise en charge de ces cotisations. L'Etat-employeur continuera à verser les deux tiers du montant, laissant à l'employé le tiers restant.

ats/vkiss/moha

Publié le 03 mars 2013 à 12:09 - Modifié le 05 mars 2013 à 12:55

Principales réactions

Le Conseil d'Etat genevois a exprimé son profond soulagement suite à l'acceptation dimanche du plan d'assainissement des caisses de pensions publiques. "Nous sommes soulagés car il n'y avait pas de plan B", a déclaré devant la presse Charles Beer, président de l'exécutif. Cette satisfaction tranche avec la "défaite symbolique" enregistrée sur l'initiative contre la hausse des tarifs TPG également acceptée. "Il s'agit d'un sérieux coup de frein au développement des transports publics dans le périmètre du Grand Genève", a déclaré la conseillère d'Etat à la tête de la mobilité Michèle Künzler.

Le Syndicat des services publics (SSP), qui s'était dressé contre le plan d'assainissement, a fait part de sa déception. Le syndicat dénonçait un "hold-up" envers le personnel de l'Etat, qui perdra, selon ses estimations 159 millions de francs par an.