Modifié

Il y avait foule au feu d'artifice des Fêtes de Genève samedi soir

En 2011 déjà, le spectacle était des plus saisissants. [Magali Girardin - KEYSTONE]
En 2011 déjà, le spectacle était des plus saisissants. [Magali Girardin - KEYSTONE]
Plus de 500'000 personnes étaient présentes samedi soir autour de la rade de Genève, tête en l'air, pour admirer le spectacle offert pour clore les Fêtes de Genève. Les visiteurs ont été moins dépensiers.

Sans surprise, le grand feu d'artifice des Fêtes de Genève a attiré la grand foule samedi soir. Entre 500'000 et 550'000 personnes se sont pressées autour de la rade pour admirer un spectacle pyrotechnique de près d'une heure sur le thème de l'eau. Le feu d'artifice s'est conjugué en trois tableaux. Le Jet d'eau a été mis en marche immédiatement après le bouquet final, comme le veut la coutume.

Le grand feu d'artifice est l'un des temps forts des Fêtes de Genève. Le public répond toujours présent pour assister à un des plus grands spectacles de ce genre en Europe. Certaines bombes tirées samedi soir ont éclaté à une hauteur de 300 mètres. Ces engins de 30 centimètres de diamètre pèsent 17 kilos. Ils sont propulsés dans le ciel uniquement grâce à de la poudre.

Le spectacle de cette année a eu droit à son lot d'innovations, à commencer par la bombe "caméléon". Les feux ont été tirés de sept pontons et 23 radeaux répartis dans la rade. "Nous n'avons jamais eu autant de postes de tir", a indiqué Pierre-Alain Beretta, le responsable du grand feu d'artifice. Au total, 34 artificiers ont surveillé sur place le bon déroulement des opérations. Le coût total du feu s'est élevé à 600'000 francs.

ats/pbug

Publié Modifié

Des visiteurs moins dépensiers

Les Fêtes de Genève ont attiré près de 2 millions de visiteurs en dix jours. Si l'affluence est du même ordre que les autres années, la clientèle s'est en revanche montré un "peu plus molle" au niveau des dépenses, ont indiqué dimanche les organisateurs.

L'absence des touristes du pays du Golfe pour cause de Ramadan explique en partie cette baisse du chiffre d'affaires constatée par les forains notamment et divers stands. Le franc fort a aussi probablement eu son influence, a estimé le directeur des Fêtes de Genève Christian Colquhoun.