Modifié

Des volontaires testent la nouvelle aile de l'aéroport de Genève avant son entrée en fonction

Des volontaires testent la nouvelle aile de l'aéroport de Genève avant son entrée en service [RTS]
Des volontaires testent la nouvelle aile de l'aéroport de Genève avant son entrée en service / 19h30 / 2 min. / le 11 novembre 2021
Malgré la pandémie, l'ouverture de la nouvelle aile de l'aéroport de Genève destinée aux vols longs courriers est prévue dans un mois. Afin de tester les infrastructures, quelque 400 volontaires ont joué ce jeudi à faire semblant de prendre un avion.

La nouvelle aile de l'aéroport de Genève destinée aux vols longs courriers impressionne non seulement par sa taille, mais également par sa modernité.

Mesurant 500 mètres de long et 20 mètres de large, elle pourra dès le mois prochain accueillir quelque 6000 passagers simultanés et six gros-porteurs pourront y stationner.

Premier vol le 14 décembre

Avec une entrée en fonction prévue le 14 décembre prochain, avec un vol opéré par Swiss reliant Genève à New York, cette nouvelle aile anticipe la reprise du trafic aérien.

"Aujourd’hui, Genève-Aéroport veut développer des lignes intercontinentales supplémentaires. Et là, il faut être à la hauteur. On n’était plus du tout au niveau de ce que l’on pouvait attendre dans un aéroport en Europe", explique dans le 19h30 André Schneider, directeur général de l’aéroport international de Genève.

Journée de tests

Pour l'heure, la porte du nouveau terminal s'est entrouverte au public pour la première fois ce jeudi matin. Un public de quelque 400 passagers fictifs triés sur le volet a investi les lieux pour tester les infrastructures, comme le détaille Jean-Luc Portier, responsable du département passagers à l’aéroport de Genève.

"Aujourd’hui, nous testons les scénarios d’embarquement, de débarquement et de transferts, et également les comportements des passagers dans un bâtiment qui est neuf."

Billets fictifs en main, les voyageurs volontaires sont donc venus jouer à voyager. "Je dois partir à Toronto avec Air Canada", sourit l'un des faux voyageurs. "Alors on va tester l’enregistrement, l’embarquement et voir comment ça se passe sur le tarmac."

Avec quelques couacs informatiques, des escalators restés figés et des portes fermées, cette première journée de tests a démontré toute son utilité pour de derniers réglages avant ouverture.

Estelle Braconnier/fgn

Publié Modifié