Publié

La défense de Maudet et de ses trois coaccusés plaide l'acquittement

Affaire Maudet: la défense des quatre accusés plaide l'acquittement [RTS]
Affaire Maudet: la défense des quatre accusés plaide l'acquittement / Forum / 2 min. / mercredi à 18:00
Mercredi, au troisième jour du procès en appel de Pierre Maudet et de ses trois coaccusés, les avocats ont plaidé l'acquittement. Les défenseurs de l'ex-chef de cabinet du conseiller d'Etat ont ouvert les feux.

Le procès en appel de Pierre Maudet se poursuivait mercredi, ses avocats plaidant l'acquittement face aux peines exigées par le Ministère public.

>> Relire: Peines plus lourdes requises contre Pierre Maudet et trois autres accusés

"Cette affaire est fortement teintée de moralisme. Il ne faut pas juger le mensonge, mais les faits", a déclaré Jean-Marc Carnicé. Et de souligner que son client, "un homme droit, un véritable serviteur de l'Etat", a été "jeté aux regards de tous par le Ministère public pour toucher Pierre Maudet". Victime d'un "véritable tsunami médiatique, il a déjà beaucoup payé", estime son avocat.

Concernant le voyage à Abu Dhabi en 2015, le haut fonctionnaire y participe sur proposition amicale de son supérieur. Il était prêt à payer ce qui n'était qu'un séjour d'agrément qui a finalement été pris en charge par la couronne émiratie, comme pour tous les invités au Grand Prix de formule 1. "Il n'a pas reçu cet avantage en raison de sa charge de fonctionnaire", a précisé l'avocat.

S'il doit être acquitté du grief d'acceptation d'un avantage concernant le voyage, l'ex-cadre doit aussi l'être au sujet du financement d'un sondage politique en 2017, comme l'a reconnu le Tribunal de police. Sa défense s'est encore employée à démonter les griefs d'instigation à abus d'autorité dans le cadre de l'autorisation d'ouvrir un bar et de violation du secret de fonction.

"Aider Pierre Maudet, ça n'est pas un crime"

Dans le même ordre d'idée, les avocats de l'homme d'affaires qui a contacté son oncle pour tenter d'obtenir une invitation au Grand Prix ont plaidé l'acquittement concernant l'octroi d'un avantage. "Mon client l'a fait pour soutenir les efforts de Pierre Maudet dans la promotion de Genève. Mais ni lui ni son oncle ne maîtrisaient le processus d'invitation", a relevé Me Marc Hassberger.

Et l'avocat de rappeler que c'est l'intention qui compte: "Aider Pierre Maudet, ce n'est pas un crime." De même, l'entrepreneur a financé le sondage pour soutenir l'action politique du magistrat, à l'instar d'autres contributeurs, a souligné Me Guillaume Vodoz. La Chambre d'appel et de révision doit donc confirmer l'acquittement prononcé sur ce point en première instance.

Le comportement de l'autre entrepreneur n'est pas non plus pénal, a cherché à démontrer Me David Bitton. Cet homme n'a pas concouru à faire inviter Pierre Maudet, il ne sait rien du financement et des détails d'un séjour auquel il s'est greffé à la dernière minute. Il avait pourtant été consulté par le magistrat, un ami de longue date, dans l'organisation d'un voyage professionnel aux Emirats six mois plus tôt.

"Lors du premier voyage, mon client a été sollicité comme consultant, mais il n'a pas commis d'infraction. Il n'a rien fait pour le second voyage, mais il est poursuivi", a relevé l'avocat. Sur le plan subjectif, il n'a aucun mobile, car il entretient déjà une relation amicale sincère avec le conseiller d'Etat depuis des années.

Jugements politique et médiatique critiqués

En fin d'après-midi, le tour est venu aux avocats de l'ex-conseiller d'Etat de prendre la parole. A commencer par Me Yaël Hayat, qui a insisté sur la présomption d'innocence de son client, déjà jugé sur les plans médiatique et politique.

Le voyage ne constitue pas un avantage indu, car il dépend d'une invitation officielle émanant d'un Etat souverain, a poursuivi Grégoire Mangeat. Pour ce qui est de ses modalités luxueuses et de l'invitation de la famille, il faut tenir compte les usages du pays invitant. "Le Tribunal de police s'est aventuré sur le terrain politique pour déqualifier cette invitation", a dénoncé l'avocat.

Ce voyage n'est pas non plus punissable, car il n'a pas pour but une prise d'influence d'un agent public. Pour les Emirats arabes unis, le Grand Prix contribue à la construction d'une image et à la promotion du pays. De fait, l'invitation était adressée à Pierre Maudet en raison de son statut et non des devoirs de sa charge. De son côté, le magistrat veut restaurer la confiance en Genève.

Les plaidoiries se poursuivront jeudi, mais le verdict n'est pas attendu avant plusieurs semaines.

ats/aes

Publié