Publié

A Genève, le peuple votera sur le développement des réseaux thermiques

Des ouvriers installes des conduites d'eau sur le chantier de GeniLac, à Genève. [Salvatore Di Nolfi - KEYSTONE]
Les Genevois voteront sur le développement des réseaux thermiques / Le Journal horaire / 28 sec. / le 3 septembre 2021
Après avoir déclaré l'urgence climatique en 2019, Genève veut se donner les moyens de réussir sa transition énergétique. Le Grand Conseil a voté vendredi une loi constitutionnelle visant à déployer 250 kilomètres de réseaux thermiques d'ici 2030 dans le but de sortir des énergies fossiles.

Cette loi constitutionnelle, approuvée à la quasi unanimité, instaure un monopole sur la fourniture et la distribution de l'énergie thermique par ces réseaux structurants. Etant donné qu'il s'agit d'une modification de la Constitution, le peuple devra se prononcer.

Il existe déjà des réseaux thermiques dans le canton, à l'instar de GeniLac, un système de chauffage et de refroidissement qui fonctionne avec l'eau du Léman et de l'électricité renouvelable. La loi constitutionnelle instaure un monopole sur le déploiement et l'exploitation de ces réseaux.

>> Relire: A Genève, les importants chantiers de GeniLac se déploient vers l'aéroport

Une deuxième modification législative, votée dans la foulée, attribue ce monopole aux Services industriels de Genève (SIG). "On parle de 4 milliards d'investissements d'ici 2030", a relevé le député socialiste Grégoire Carasso, rapporteur de commission. Réticent par rapport aux monopoles, le PLR s'est opposé à ce projet de loi.

Le Conseil d'Etat a rappelé que des cautèles existaient. Le monopole ne concerne que les réseaux principaux. La distribution fine est ouverte à la concurrence, a souligné le conseiller d'Etat Serge Dal Busco.

ats/iar

Publié