Modifié

Des milliers de passagers privés de décollage faute de documents sanitaires valables

Dans les aéroports, les juillettistes doivent s'armer d'informations, de documents et de patience pour pouvoir décoller. [RTS]
Dans les aéroports, les juillettistes doivent s'armer d'informations, de documents et de patience pour pouvoir décoller. / 19h30 / 2 min. / le 4 juillet 2021
Ce week-end marquait le premier grand jour des départs en vacances. Dans les aéroports, la foule de touristes était soumise aux contrôles des documents sanitaires, entraînant des retards, de la tension, et parfois même du désarroi. Depuis janvier, 8000 personnes n'ont pas pu partir faute d'avoir les documents requis.

Quelque 30'000 passagers sont passés samedi par l'aéroport de Genève, et 28'000 dimanche. A Zurich-Kloten, 44'000 passagers se sont pressés samedi et autant dimanche devant les guichets pour pouvoir s'envoler.

Et la rituelle attente aux guichets d'enregistrement était bien plus importante qu'à l'accoutumée. Entre des QR codes invalides ou des tests dépassés, tout ne s'est pas passé comme prévu pour certains passagers. Faute de documents en règle, des voyageurs sont restés sur le tarmac.

Car, parfois, les conditions d'entrée dans le pays de destination ont changé pendant la nuit. "Il y a des changements à la dernière minute et on ne nous a pas averti", a témoigné une passagère samedi au micro du 19h30. "Ceux qui étaient vaccinés n'avaient pas besoin de faire un test PCR mais, aujourd'hui, il faut le faire."

>> Bilan du premier grand week-end des vacances à Cointrin dans le 12h30:

Des passagers masqués dans l'aéroport de Genève en février 2021. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Le bilan de l’aéroport de Genève après le premier week-end des vacances d’été / Le 12h30 / 2 min. / le 4 juillet 2021

Des conditions qui évoluent

Par exemple, les voyageurs qui partaient samedi matin en Tunisie ont découvert qu'un test négatif était obligatoire, vacciné ou pas, alors que vendredi soir, il n'était pas nécessaire. Mais il peut y avoir aussi de bonnes surprises. Comme pour l'Espagne qui mène sur trois jours une opération pilote et ne demande plus aucune exigence sanitaire, ni test, ni vaccin jusqu'à lundi. Par contre, la semaine prochaine il faudra un test ou une double vaccination.

Jeudi, dans Le Temps, le dessinateur genevois Patrick Chappatte résumait bien la situation avec ses crayons.

>> Lire aussi: Les conditions à connaître avant de partir cet été en vacances en Europe

Se renseigner et anticiper les imprévus

Plus loin dans le hall de l'aéroport, devant les guichets, un passager ne cachait pas son incompréhension au téléphone: "Il paraît que vous savez depuis six semaines qu'il faut les QR codes sur les tests PCR. Et pourquoi vous ne les avez pas mis?" Une autre passagère, au téléphone aussi, cherchait  désespérement un moyen de pouvoir imprimer ses documents. "Si on ne trouve pas un ordinateur, on ne part pas."

>> Voir les témoignages dans le 19h30:

A l'aéroport de Genève, la foule et le contrôle des documents sanitaires a provoqué retards et tension. [RTS]
A l'aéroport de Genève, la foule et le contrôle des documents sanitaires a provoqué retards et tension. / 19h30 / 2 min. / le 3 juillet 2021

La situation se complique encore pour les personnes qui font des escales. "Je donne comme conseil de venir avec tous les papiers, de s'informer des règles en vigueur auprès du pays de destination et de la compagnie aérienne", a expliqué Taline Abdel Nour, coordinatrice au Service communication de l'aéroport de Genève.

>> Les conseils d'Estelle Braconnier dans le 19h30:

Estelle Braconnier: "Le seul conseil valable est de s'armer de patience et surtout de se préparer aux imprévus" [RTS]
Estelle Braconnier: "Le seul conseil valable est de s'armer de patience et surtout de se préparer aux imprévus" / 19h30 / 1 min. / le 3 juillet 2021

Des milliers de passagers privés de décollage

C'est aux compagnies aériennes que revient le contrôle des documents, et le nombre de voyageurs empêchés de partir augmente sans cesse. "Rien qu'en juin nous avons eu 700 passagers qui n'ont pas pu prendre leur vol et depuis janvier, 8000 personnes n'ont pas pu partir faute d'avoir les documents requis", a relevé le directeur général de Checkport Suisse Daniel Steffen dimanche soir dans le 19h30.

Estelle Braconnier/vajo

Publié Modifié