Modifié

Le parc La Grange se prépare pour la rencontre Biden-Poutine à Genève

La rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine pourrait avoir lieu au parc La Grange. [Martial Trezzini - Keystone]
A Genève, la recontre Biden-Poutine devrait avoir lieu au parc La Grange et au parc des Eaux-Vives voisin / La Matinale / 2 min. / le 8 juin 2021
Le sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine le 16 juin à Genève prend forme. Le lieu de la rencontre n'est toujours pas confirmé, mais des préparatifs ont commencé au parc La Grange, aux Eaux-Vives, a constaté la RTS.

C’est un secret de polichinelle: tout le monde s'affaire, mais personne ne confirme la tenue de la rencontre américano-russe dans la villa La Grange, aux Eaux-Vives, à Genève. Une maison de maître avec une vue imprenable sur le lac.

Le cadre est idyllique. Il casse les codes de ce type de rencontre. Tout ce que souhaitaient les délégations des deux pays, selon différentes sources. Mais la prudence reste de mise, car tout peut changer très vite, entre les désirs des uns et les exigences des autres.

Travaux prévus

Néanmoins, certains signes ne trompent pas. Le parc La Grange ferme ses portes dès ce mardi pendant dix jours pour "des raisons exceptionnelles", indique la Ville de Genève. Selon les informations de la RTS, cette fermeture est rendue nécessaire pour des raisons de sécurité: des travaux vont être effectués dans la perspective du sommet.

Certains ont d'ailleurs déjà commencé. La route d'accès à la villa, en mauvais état, sera adaptée aux véhicules lourds. Une partie du mobilier de la maison sera évacuée, sa façade rafraichie. Enfin, les arrangements floraux seront soignés et l'informatique sera mise à jour.

>> Comment Genève est devenue la capitale mondiale de la paix:

A l'approche du sommet Biden-Poutine, comment Genève est devenue la "ville de la paix"? (vidéo) [RTS]
A l'approche du sommet Biden-Poutine, comment Genève est devenue la "ville de la paix"? (vidéo) / L'éclairage d'actualité / 4 min. / le 8 juin 2021

Barrières et barbelés

Lundi, une agitation inhabituelle régnait au parc La Grange. Au moins cinq voitures de type diplomatique étaient présentes, d'où sont sorties une quinzaine de personnes parlant majoritairement anglais. Des policiers en civil, des Securitas, des employés du Service d'incendie et de secours (SIS) et des espaces verts étaient également sur place, en nombre.

Aussi, près de 80 hommes de la protection civile ont été déployés. Ils ont installé leur camp de base à quelques mètres de la villa La Grange. Ils sont là pour barricader tout le pourtour du parc à l'aide de barrières et de barbelés. Un véritable camp retranché est en préparation.

La piste du restaurant du parc des Eaux-Vives, à un moment pressentie, n'est pas abandonnée pour autant. Les deux sites pourraient même être utilisés, selon un scénario envisagé. La villa La Grange accueillerait les discussions officielles avant que les deux présidents ne se rendent, à pied, au restaurant, voisin de quelques centaines de mètres.

Mais il semblerait que la partie russe ne soit pas emballée à l'idée de laisser Vladimir Poutine à découvert. Une décision sera prise d'ici mercredi, selon diverses sources.

>> Explications et images des préparatifs dans le 19h30:

La Ville de Genève se prépare à accueillir le sommet Biden-Poutine [RTS]
La Ville de Genève se prépare à accueillir le sommet Biden-Poutine / 19h30 / 2 min. / le 8 juin 2021

Raphaël Leroy/gma

Publié Modifié

Beatrice Ferrari: "Beaucoup de travail à faire"

Interrogée mardi dans La Matinale, la directrice des affaires internationales du canton de Genève n'a pas confirmé le choix du parc La Grange pour la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine.

"Nous n'avons pas de confirmation de lieu pour l'instant. Ce sont les délégations qui confirmeront les lieux qu'elles ont choisi", indique Beatrice Ferrari.

Celle-ci rappelle que c'est la Confédération qui est responsable de l'organisation de la rencontre. "En tant que canton et ville de Genève, nous soutenons la Confédération au quotidien par notre connaissance du terrain et la mise à disposition de la sécurité."

Accueillir un tel sommet n'est pas de tout repos. "Il y a des impératifs de sécurité et de logistique extrêmement forts. De grandes délégations viendront ici, de nombreux journalistes. Il y a beaucoup de travail à faire. Les délégations ont des demandes spécifiques, des exigences en termes de sécurité, de transport", explique Beatrice Ferrari.

>> L'interview de Beatrice Ferrari dans La Matinale:

Béatrice Ferrari, directrice des affaires internationales du Canton de Genève, 8 jours avant la rencontre Biden-Poutine (vidéo) [RTS]
Béatrice Ferrari, directrice des affaires internationales du Canton de Genève, 8 jours avant la rencontre Biden-Poutine (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 8 min. / le 8 juin 2021

Une aubaine pour les hôtels

Le sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine est une aubaine pour les hôtels genevois. Depuis plus d'un an les grands salons et les congrès n'ont plus lieu. Ce sommet historique permet donc aux hôtels du canton de retrouver une raison d'être.

L'incertitude plane toutefois sur les taux d'occupation. On semble loin des chiffres d'avant le Covid, où les visiteurs devaient parfois se loger jusqu'à Lausanne lorsque deux événements se téléscopaient.

>> Les précisions dans La Matinale:

Selon l’étude de l'EPFL, les Genevois ont un profil de mobilité "compactophile", tourné vers la ville. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Le sommet Biden-Poutine, une aubaine pour les hôtels genevois / La Matinale / 2 min. / le 9 juin 2021

La question des droits humains au programme de la discussion

Le président américain Joe Biden compte soulever la question des droits humains lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine à Genève mercredi prochain.

Après l’empoisonnement et l’incarcération d’Alexeï Navalny, ce sont désormais les partisans de l'opposant qui sont directement visés. Le parquet russe a demandé à ce que son mouvement soit qualifié d’"extrémiste".

>> L'interview  dans Forum de Vladimir Kara Murza, homme politique de l’opposition russe et président de la Fondation Boris Nemtsov pour la liberté:

Vladimir Kara-Murza, opposant russe, témoigne devant le Congrès américain. [AP Photo/Manuel Balce Ceneta - Keystone]AP Photo/Manuel Balce Ceneta - Keystone
Les opposants politiques russes sous pression: interview de Vladimir Kara-Murza / Forum / 7 min. / le 8 juin 2021