Modifié

Des consultations spéciales pour les ados atteints de Covid long en Suisse

A Genève, une consultation pour le covid long vient d'ouvrir en pédiatrie. [RTS]
A Genève, une consultation pour le Covid long vient d'ouvrir en pédiatrie. / 19h30 / 2 min. / le 8 mai 2021
Les enfants et adolescents atteints d'un Covid long sont de plus en plus nombreux en Suisse. Des unités spéciales ont ouvert dans plusieurs hôpitaux, comme au HUG à Genève. Leur but est de mieux accompagner ces jeunes, qui se retrouvent souvent en rupture scolaire.

Le Covid long est identifié depuis des mois chez l'adulte, mais on commence à prendre conscience que de plus en plus de jeunes sont également concernés.

Après Zurich et Winterthour, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont aussi ouvert cette semaine une consultation pour le Covid long dans leur service de pédiatrie. L'objectif est de prendre en charge les enfants et les jeunes dont les symptômes du Covid-19 persistent plus d'un mois après l'infection.

Incompris

A 15 ans, Antoine fait partie des 10 patients traités dans cette nouvelle structure. "J'ai des nausées, je suis fatigué. Et c'est un cercle vicieux. A cause des nausées, je mange moins, donc j'ai moins d'énergie et je suis plus fatigué. C'est difficile au quotidien, parce que ça dure depuis vachement longtemps", raconte-t-il.

Déscolarisé depuis 3 mois, l'adolescent se sent parfois incompris: "Mes camarades pensent que ce n'est pas aussi grave que ça. Mais à subir, c'est difficile. J'ai l'impression d'être l'un des premiers à qui ça arrive".

Antoine a voulu témoigner aujourd'hui pour rassurer les jeunes dans la même situation que lui. Mais il est difficile de savoir combien vivent le même calvaire.

En augmentation

Le Covid long chez les enfants et les adolescents étant encore difficile à identifier, il n'existe pour l'heure aucune donnée en Suisse pour estimer le nombre de ces jeunes malades.

Au Royaume-Uni et en Israël, la part des enfants développant un Covid long oscillerait entre 10 et 30% des enfants ayant été testé positifs. Une étude italienne suggère même la persistance d'au moins un symptôme, 4 mois après le diagnostic, chez 50% des jeunes de moins de 18 ans.

Les études approfondies manquent encore, mais les autorités suisses disent observer une récente augmentation du nombre d'enfants et adolescents présentant des symptômes prolongés après la maladie.

Selon une enquête réalisée par Unisanté à Lausanne dans une quarantaine de cabinets, 1% des consultations concerne une suspicion de Covid long chez des mineurs.

Rupture scolaire

La consultation pédiatrique aux HUG a été ouverte justement pour répondre à un besoin exprimé par les pédiatres et spécialistes, selon Anne Perrin, cheffe de clinique en pédiatrie générale à la consultation des adolescents: "Nous n'avons pas une réponse qui permette de tout régler d'un seul coup. Mais nous avons mis en place un groupe multidisciplinaire, afin de pouvoir collaborer avec chaque spécialité ou pour faire des examens complémentaires, si nécessaire".

L'objectif est surtout de pouvoir accompagner et soulager les enfants durant cette période de symptômes et les encourager dans la reprise scolaire. Car beaucoup sont en rupture, selon la médecin: "En raison des symptômes importants, de la fatigue intense et de troubles de la concentration, beaucoup de ces patients sont en rupture scolaire ou ne parviennent pas à aller à l'école de façon normale".

Parcours du combattant

Fatigue intense, intolérance à l'effort, douleurs abdominales, maux de têtes, problèmes respiratoires ou palpitations... Cette constellation des effets du virus sur le long terme laisse parfois les experts perplexes. Et pour les parents, c'est un véritable parcours du combattant qui démarre: "

"Ca a été un soulagement de pouvoir poser un diagnostic", confie la maman d'Antoine. Durant plus de 4 mois, l'adolescent a dû subir plusieurs examens. "Le Covid long m'avait traversé l'esprit, parce qu'au début, il souffrait d'essoufflement. Mais la nausée n'était pas un symptôme très spécifique du Covid. Donc il a fallu d'abord explorer d'autres pistes, pour être sûr qu'il n'y ait pas un problème ailleurs. C'était long et très anxiogène", ajoute-t-elle.

Plusieurs nouveaux patients dès 10 ans sont attendus aux HUG les semaines qui viennent. Ces derniers doivent être adressés par leur pédiatre après une contamination au Covid confirmée et doivent présenter des symptômes, qui peuvent être multiples et variés, depuis plus de quatre semaines.

Estelle Braconnier et Feriel Mestiri

Publié Modifié