Modifié le 12 février 2020 à 07:17

A Genève, les moyens du canton pour mesurer la qualité de l'air interrogent

Une personne passe devant des affiches publicitaires recouvertes de peinture avec le message "Pollution en cours", Genève le 12 mars 2019.
A Genève, les moyens du canton pour mesurer la qualité de l'air interrogent La Matinale / 1 min. / le 12 février 2020
Deux associations ont lancé une pétition contre la politique genevoise de mesure de pollution de l'air. Au tour maintenant des Verts de déposer une motion en ce sens au Grand Conseil, selon une information du bureau genevois de la RTS.

L'élément déclencheur a été un reportage de Temps Présent diffusé le 16 janvier qui mettait en lumière cette problématique: les mesures de la qualité de l'air à Genève ne sont pas représentatives de la réalité.

>> Regarder le reportage de Temps Présent: "Voitures, à quand la fin de l'enfumage?"

Voitures, à quand la fin de l'enfumage ?
Temps Présent - Publié le 16 janvier 2020

Pierre Eckert, député vert, est à l'origine de la motion. Pour lui, l’emplacement de certaines stations de mesures est à revoir: "Ce que nous avons remarqué, c'est que les mesures sont faites dans des endroits relativement éloignés des routes; on peut s'attendre à ce que les valeurs soient deux fois plus élevées que les valeurs les plus intenses qui sont mesurées par le réseau qui existe actuellement".

L'élu aimerait aussi que la région de l'aéroport soit couverte: "En effet, l'aéroport est un gros émetteur d'oxyde d'azote. Une station mobile pourrait être utile, de façon à pouvoir visiter divers endroits du canton".

Afficher les données

Le Canton est aussi sommé d'améliorer la communication autour de la problématique. La motion propose donc d'afficher en ville, ainsi qu'au bord des routes, les données mesurées avec aussi l'espoir de responsabiliser les automobilistes face à la pollution de l'air. Ce phénomène tue prématurément environ 3700 personnes en Suisse par année, selon un rapport de l'Agence européenne pour l'environnement publié en octobre 2019.

Contactées, les autorités ne font pas de commentaire pour le moment.

Sujet radio: Léo Wadimoff

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié le 12 février 2020 à 07:11 - Modifié le 12 février 2020 à 07:17