Modifié

Six conseillers d'Etat genevois sur sept en vacances le jour des votations

Les membres du Conseil d'Etat genevois auront des règles strictes pour accepter ou refuser des dons.  [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Votations du 9 février à Genève: six conseillers d'Etat sur sept seront absents / Le 12h30 / 1 min. / le 31 janvier 2020
Le Conseil d'Etat genevois ne tiendra pas son traditionnel point presse le dimanche 9 février après les votations fédérales et cantonales. Et pour cause, six conseillers d'Etat sur sept seront en vacances ce jour-là.

Seule Nathalie Fontanet, en charge des Finances, sera présente physiquement à Genève le jour du scrutin pour commenter les résultats, révèle la Tribune de Genève vendredi. Les autres répondront éventuellement aux sollicitations par téléphone.

L'absence de six conseillers d'Etat est surprenante dans la mesure où, en plus des votations fédérales, se tiennent des scrutins d’importance pour Genève, à commencer par "l'urbanisation de Cointrin", qui est défendue par le gouvernement, mais contestée par une large coalition d'opposants.

Antonio Hodgers répondra à distance

Faut-il oui ou non urbaniser Cointrin? C'est une question épique, dont le résultat sera scruté avec intérêt alors que les Genevois viennent de refuser certains projets de développement.

D'ailleurs, le président du Conseil d'Etat, le Vert Antonio Hodgers, a promis un grand débat sur la croissance du canton ce printemps. Il sera disponible pour répondre aux éventuelles sollicitations, indique son service de presse mais a pris des engagements familiaux et ne sera donc pas physiquement à Genève.

Pour le chef de groupe des Verts, Pierre Eckert, également membre de la commission des droits politiques, ce n'est pas forcément un problème: "Ce qui est important, c'est de faire campagne, ce qui a été fait. La présence le jour même est moins importante, mais s'il serait bien qu'il puisse intervenir à 18h dans Forum, même par téléphone."

Un communiqué au lieu d'un point presse

Mais ces absences ne donnent-elles pas un signal négatif à l'heure où le taux de participation est particulièrement bas? Pour Pierre Eckert, qui planche sur ces questions au sein de la commission des droits politiques, il n'y a pas de lien direct.

L'absence de point presse un dimanche de votations est rarissime à Genève, mais la conjonction avec le début des vacances scolaires débouchera cette fois sur un communiqué.

Sylvie Belzer/boi

Publié Modifié