Modifié le 17 septembre 2019 à 08:21

L’expert chargé d'évaluer la Loi sur la police à Genève fait jaser

Le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia.
L’expert chargé d'évaluer la Loi sur la police à Genève fait jaser La Matinale / 2 min. / le 17 septembre 2019
Le choix d'Alexandre Vautravers, expert en sécurité, pour auditer la Loi sur la police (LPol), entrée en vigueur il y a trois ans à Genève, indigne des députés de tout bord.

Le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia a désigné Alexandre Vautravers pour effectuer un audit de la très contestée Loi sur la police. Mais son profil n'est pas jugé suffisamment neutre par une majorité de députés, membres de la commission judiciaire et de la police du Grand Conseil.

Selon les informations de la RTS, ils vont envoyer une lettre à Mauro Poggia pour lui demander de renoncer à cette décision. Et fait plutôt inhabituel, cette missive sera signée par des élus de tout bord, de gauche comme de droite. Il demeure donc un certain consensus politique pour s'opposer à ce choix.

Proche de Pierre Maudet

Alexandre Vautravers est en effet considéré comme un proche de Pierre Maudet. Les deux hommes, gradés à l’armée, partagent la même vision de la sécurité. Alexandre Vautravers a d'ailleurs été engagé il y a quatre ans à l'Etat de Genève par Pierre Maudet, l'initiateur de la LPol, décriée pour son organisation militaire et en silo.

La mission de l'expert était de réfléchir aux questions stratégiques mais aussi d'encadrer en tant que secrétaire le Conseil consultatif de sécurité, instauré par la LPol. Pour Jean Batou, député d'Ensemble à gauche et premier signataire d'un projet pour réformer la loi, le conflit d'intérêt est évident: "Alexandre Vautravers est connu comme l'une des éminences grises de Pierre Maudet. On ne sait pas quel rôle il a joué dans la conception même de la LPol. Il n'a pas du tout l'indépendance requise pour faire un audit de cette loi", a-t-il déclaré dans La Matinale de la RTS mardi.

Discussion jeudi

La commission judiciaire et de la police va donc se saisir jeudi de ce dossier. En attendant, le conseiller d'Etat Mauro Poggia estime qu'Alexandre Vautravers a l'indépendance et les aptitudes requises pour mener à bien cet audit.

Il précise que l'expert ne siège plus au Conseil consultatif de sécurité depuis février et que son travail d'audit se fera directement à ses côtés. "Penser que j’engage une personne dont la loyauté à mon égard serait douteuse, pour un sujet aussi sensible, est une insulte à ma modeste intelligence", conclut le magistrat MCG.

Raphaël Leroy/lan

Publié le 17 septembre 2019 à 08:01 - Modifié le 17 septembre 2019 à 08:21