Modifié le 31 août 2019 à 18:46

Près d'un millier de gilets jaunes à la Place des Nations à Genève

Quelque 800 gilets jaunes sont revenus à Genève samedi 31 août 2019 pour dénoncer les violences policières et défendre le droit de manifester en France.
Huit-cents gilets jaunes à la Place des Nations pour les droits humains Le Journal horaire / 10 sec. / le 31 août 2019
Près d'un millier de "gilets jaunes", selon la police, sont revenus à Genève samedi pour dénoncer les violences policières et défendre le droit de manifester en France. Ils se sont rendus à la place des Nations, où ils s'étaient déjà rassemblés en février.

En début d'après-midi, ils ont tenté de constituer une chaîne humaine depuis la place des Nations en direction de Ferney-Voltaire, en France, avant de se rassembler devant le Palais des Nations. Cet événement s'inscrit dans "l'acte 42" du mouvement national de protestation. Des sympathisants venus de toute la France se sont retrouvés à Genève.

"Nous avons effectué une tournée en France en août afin d'inciter les gens à venir à Genève pour dénoncer les violences policières", a indiqué Chloé Frammery, coorganisatrice genevoise de cette action. Et de préciser que les personnes mutilées lors de manifestations de gilets jaunes "sont traumatisées par la violence d'Etat et ont désormais peur d'être dans l'espace public".

Armes de guerre

Cette action en Suisse est la deuxième du genre après celle de février. Un dossier sur les violences commises par la police depuis le 17 novembre a été remis dans le courant de la semaine à la nouvelle directrice générale de l'ONU à Genève. Une autre copie est destinée au Haut Commissariat aux droits de l'homme.

Les gilets jaunes dénoncent l'utilisation d'armes de guerre, en particulier le LBD40 fabriqué à Thoune (BE), qui ont mutilé de nombreux manifestants.

>> Lire: Une arme suisse et ses blessures dans le viseur des "gilets jaunes"

Le dossier fait aussi état de blessures dues au recours par les forces de l'ordre de matraques ainsi que de grenades lacrymogènes et d'encerclement, en violation avec le droit français et international, a relevé Chloé Frammery.

"Merci la Suisse"

Des sans-culotte-gilets-jaunes protestent devant le Palais des Nations, à Genève, le 31 août 2019. Des sans-culotte-gilets-jaunes protestent devant le Palais des Nations, à Genève, le 31 août 2019. [Salvatore Di Nolfi - Keystone] Les manifestants ont progressivement rejoint la place des Nations en scandant "Merci la Suisse" et en remerciant au passage les policiers pour leur retenue.

"Stop bavures", "Macron démission" ou encore "Rien n'est bon dans le Macron" étaient écrits sur les gilets. Deux femmes venues d'Annecy étaient déguisées en sans-culottes, "symboles du peuple qui se soulève pour ses droits", a expliqué l'une d'elles.

En février, 600 à 1500 gilets jaunes français s'étaient réunis au même endroit pour demander l'envoi d'observateurs de l'ONU face à la répression de leur mouvement.

>> Lire: L'ONU réclame une enquête sur les violences policières, la France rétorque

En mai, la façade du consulat de France à Genève avait été maculée de peinture jaune par le GILET, le Groupe intergalactique de luttes émancipatrices transfrontalières, en "solidarité" avec les victimes de violences policières.

ats/sjaq

Publié le 31 août 2019 à 17:16 - Modifié le 31 août 2019 à 18:46

La Place des Nations, à Genève