Modifié le 04 juin 2019 à 13:55

A Genève, la formation obligatoire jusqu'à 18 ans porte ses premiers fruits

Genève fait un premier bilan sur le nouveau dispositif de formation obligatoire jusqu’à 18 ans.
Genève fait un premier bilan sur le nouveau dispositif de formation obligatoire jusqu’à 18 ans Le 12h30 / 1 min. / le 04 juin 2019
A Genève, le dispositif de formation obligatoire jusqu'à 18 ans mis en place en 2018 a permis à 700 jeunes de trouver une solution qui leur évite une situation de décrochage, indique le Département de l'instruction publique (DIP).

Faute de structures adaptées, ces jeunes en difficulté se seraient trouvés en situation de décrochage, d'après le DIP qui publie mardi un premier point de situation, moins d'un an après l'entrée en vigueur de sa norme constitutionnelle, unique en Suisse.

Chaque année, plus de 1300 jeunes, dont 500 mineurs, décrochent de leur parcours et se retrouvent sans ressources. L'objectif de Genève est aussi d'accroître le taux de certification à la fin de la scolarité obligatoire pour le faire passer de 85 % à 95 %.

Plus de collaboration avec les privés

Pour atteindre ce taux, le canton a mis sur pied des nouvelles classes préparatoires ou pré-professionnelles et des stages en entreprises avec des suivis individuels. 407 places étaient disponibles à la rentrée 2018 et près du double le seront d'ici la rentrée 2019, avec l'objectif de collaborer davantage avec des entreprises privées à l'avenir.

Mais combien de jeunes sortiront effectivement avec un certificat en poche à l'issue de ces deux ans supplémentaires d'enseignement? Le système est trop récent pour le dire. Il faudra donc encore patienter pour voir si les résultats sont à la hauteur des ambitions et des moyens mis à disposition de ce dispositif.

>> L'interview de la cheffe de l'Instruction publique Anne Emery-Torracinta dans le 12h45:

La cheffe de l'Instruction publique Anne Emery-Torracinta revient sur l'instauration de la scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans à Genève.
12h45 - Publié le 04 juin 2019

Sylvie Belzer/ani

Publié le 04 juin 2019 à 13:15 - Modifié le 04 juin 2019 à 13:55