Modifié le 14 mai 2019 à 16:00

La commission électorale genevoise n'a pas constaté d'irrégularités

Une urne lors d'une votation à Genève.
La commission électorale genevoise n'a pas constaté d'irrégularités Le Journal horaire / 23 sec. / le 14 mai 2019
A l'instar du procureur général de Genève lundi, la commission électorale centrale a fait savoir mardi qu'elle n'avait pas constaté d'irrégularités à la suite de ses contrôles au sein du Service de votations et élections.

La commission électorale centrale, qui est composée d'un membre par parti représenté au Grand Conseil et de quatre membres indépendants désignés par le Conseil d'Etat, a relevé que le Service de votations et élections (SVE) respectait les procédures "conformément à la loi et aux recommandations en vigueur" concernant notamment le vote par correspondance.

"Les observations ont également mis en lumière que le SVE effectue son travail avec le professionnalisme attendu", a poursuivi la commission dans un communiqué. La commission électorale centrale a encore précisé qu'elle travaillait "en toute indépendance tant de l'administration que du pouvoir exécutif".

Le suspect libéré

La perquisition effectuée par la justice genevoise jeudi passée au SVE pour des soupçons de fraude électorale a ébranlé Genève pendant quelques jours. Lundi, le procureur général Olivier Jornot a calmé les esprits, relevant que son enquête ne lui avait pas permis à ce stade de découvrir de quelconques manoeuvres frauduleuses.

>> Lire aussi: "Aucun indice" d'une fraude électorale à Genève n'a été trouvé à ce stade

L'enquête se poursuit, avait toutefois souligné Olivier Jornot, précisant que de nombreuses personnes doivent encore être entendues.

L'individu suspecté d'avoir manipulé des élections, qui travaille comme auxiliaire au Service des votations et élections (SVE), a par ailleurs été libéré, le Ministère public estimant qu'en l'état les charges pesant sur lui étaient insuffisantes. Le prévenu a toutefois l'interdiction de se rendre dans les locaux du Service des votations et élections et n'a pas le droit d'entrer en contact avec ses collègues.

>> Le point dans le 19h30 après les déclarations d'Olivier Jornot:

Affaire d'une possible fraude électorale à Genève: les autorités se veulent rassurantes.
19h30 - Publié le 13 mai 2019

boi avec ats

Publié le 14 mai 2019 à 13:33 - Modifié le 14 mai 2019 à 16:00