Modifié le 11 avril 2019 à 14:31

Les députés genevois se méfient de la 5G et demandent un moratoire

Après le canton de Vaud, c'est Genève qui tire le frein dans le dossier de la 5G. La position de Bertrand Buchs, député PDC.
Après le canton de Vaud, c'est Genève qui tire le frein dans le dossier de la 5G. La position de Bertrand Buchs, député PDC. 12h45 / 1 min. / le 11 avril 2019
Comme leurs collègues vaudois, les députés genevois demandent un moratoire sur la mise en place de la 5G sur le territoire cantonal. Le Grand Conseil a accepté hier soir une motion en ce sens.

Alors même que Swisscom ambitionne de couvrir d'ici la fin de l'année plus de 90 pour cent du territoire suisse avec la 5G, le résultat du vote de mercredi soir a été parlant: 58 oui, 28 non et une abstention. Le Parlement genevois envoie un signal clair: il veut stopper l'installation de ces antennes.

Etudes indépendantes réclamées

Les appels du PLR et du conseiller d'Etat Antonio Hodgers, qui souhaitaient prendre le temps d'étudier le dossier en commission de la santé, n'ont pas été entendus. Les députés ont validé cette motion déposée par le démocrate-chrétien Bertrand Buchs, médecin de métier, qui soulignait les risques potentiels pour la santé, des risques qui nécessitent selon lui un moratoire sur cette technologie et ce "tant que des études scientifiques indépendantes de l’industrie ne démontrent pas la non-nocivité de la 5G sur le corps humain."

"...Et sur la faune"

Sur le corps humain, "et sur la faune", a demandé d'ajouter Ensemble à gauche, demande qui a passé la rampe. Le Parlement genevois exprime donc très clairement sa méfiance vis-à-vis de la 5G.

>> Le sujet de La Matinale La Première

Les opérateurs de réseau vont progressivement installer la 5G sur les différentes antennes du pays.
Christian Beutler - Keystone
La Matinale - Publié le 11 avril 2019

Guillaume Rey/pym

Publié le 11 avril 2019 à 08:53 - Modifié le 11 avril 2019 à 14:31