Modifié

Les enfants souffrant de troubles alimentaires pris en charge à Genève

Traiter l anorexie chez l enfant [RTS]
Traiter l'anorexie chez l'enfant / L'actu en vidéo / 3 min. / le 14 mars 2019
Les troubles alimentaires comme l’anorexie peuvent apparaître dès l’enfance. Les HUG, Hôpitaux universitaires de Genève, ont créé une consultation multidisciplinaire spécialisée dans la prise en charge des enfants.

C’est une première en Suisse romande : le traitement d’enfants présentant des troubles alimentaires, comme l’anorexie. Jusqu’à aujourd’hui, les structures étaient adaptées à un public dès l’adolescence. Pourtant les troubles alimentaires touchent 5% des enfants en Suisse. Leur prise en charge est importante, car ces jeunes présentent plus de risques de développer des troubles du comportement alimentaire sérieux à l’adolescence.

La consultation des HUG prend actuellement en charge une vingtaine de familles. Le plus jeune patient a 6 ans, le plus âgé a 17 ans. "On sait que l’anorexie mentale est le trouble psychiatrique qui a le plus haut taux de mortalité. Mais c’est un trouble que l’on peut soigner. Alors il est important de le dépister tôt, pour éviter des conséquences importantes sur le développement de l’enfant", explique Nadia Micali, cheffe du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, qui a mis sur pied cette consultation.

Chaque semaine, des objectifs simples sur les repas sont fixés avec l’enfant. La prise en charge personnalisée inclut pédiatres et pédopsychiatres et place les parents au cœur du processus de guérison, car selon Nadia Micali, "souvent les familles se sentent très impuissantes. C’est pour ça qu'on travaille avec elles; pour les aider à aider l’enfant à guérir".

Un père témoigne

Sofia a commencé à présenter de graves troubles alimentaires dès l’âge de 8 ans. Son père, préférant rester anonyme, explique comment tout a commencé : "Sofia ne voulait plus manger d’huile de palme, sous le prétexte de protéger l’environnement. Ce qu’on trouvait d’abord remarquable pour une petite fille de huit ans. Après c’était les choses sucrées. Petit à petit elle a tout retiré de son alimentation".

Ce père de famille découvre que sa fille développe des stratégies à la cantine scolaire pour éviter le repas de midi. Au paroxysme de sa maladie, elle ne se nourrit plus que de quelques cacahuètes le matin. S’en suit une période que ce père de famille qualifie "d’errance thérapeutique". Les structures hospitalières sont plus adaptées aux adolescents qu’aux jeunes enfants. La famille consulte une pédopsychiatre, qui leur explique qu’ils ne peuvent rien faire pour leur enfant et doivent attendre que l’état de Sofia s’aggrave pour ensuite débuter un traitement médical.

La consultation interdisciplinaire des HUG leur offre une nouvelle prise en charge, adaptée aux enfants. "Petit à petit, on a pu faire accepter à Sofia qu’elle était malade et avait besoin de notre aide. Elle a peu à peu repris une alimentation normale, par exemple en remettant du beurre sur une tartine ou de la confiture". Aujourd'hui, la petite fille n’est pas encore complètement sortie de la maladie, mais les repas en famille sont redevenus un moment de plaisir.

>> Voir le reportage du 12h45

Anorexie des enfants: consultation spécialisée aux HUG. [RTS]
Anorexie des enfants: consultation spécialisée aux HUG. / 12h45 / 2 min. / le 31 mai 2019

Flore Amos et Elisa Casciaro

Publié Modifié